Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 10:22

Afficher l’image source

         Déçue par Animal, je n’étais pas sûre de vouloir lire encore Collette. C’était sans compter l’insistance de deux copains qui m’ont convaincu de découvrir ce roman apocalyptique.

         Corentin n’a pas eu d’enfance heureuse. Né d’une mère qui ne l’aimait pas et voulait se débarrasser de lui, il a trouvé refuge chez une arrière-grand-mère, Augustine, qui a su, petit à petit, le procurer le confort et l’attention dont a besoin un enfant. Si Corentin aime son aïeule et ces forêts où elle vit, le travail de la terre et la nature qui les entoure, il cède à la tentation de la grande ville, y fait des études, fait la fête avec des amis. Une nuit, alors que ses copains et lui se retrouvent dans des catacombes pour se saouler, « la chose » survient. Un immense souffle a balayé toute vie sur Terre, brûlant humains, animaux et végétaux. Il ne reste rien que des carcasses et des squelettes et les rares hommes qui avaient eu la chance (ou la malchance) de se trouver dans une cave ou un sous-sol au moment de la catastrophe. Corentin n’a qu’une idée en tête : retrouver Augustine. Il va voyager seul dans un paysage lunaire où la couleur n’existe plus (la couverture est mensongère - il n'y a plus de ciel bleu), où tout n’est que cendres et désolation ; l’eau est empoisonnée, la pluie est acide et les températures chutent. Le cycle des saisons n’existe plus. C’est accompagné d’un chien aveugle que Corentin parviendra à retrouver Augustine, fonder une famille et vivre des années dans cet enfer.

          Commençons par les aspects positifs : la narration, parfaitement menée, captive d’emblée le lecteur. Le roman se lit vite, dans une urgence de survie. L’engagement de l’autrice est évident, voyez à quel désastre le réchauffement climatique peut aboutir. Les relations entre les personnages m’ont paru très justes et c’est peut-être le plus triste à remarquer : l’amour n’a plus vraiment de place dans un monde apocalyptique. Pourtant, des enfants naîtront et, ne connaissant rien d’autre que le gris et la stérilité, ils parviendront à jouer et à rire, « heureux parce qu’ignorants ». Le dénouement, surprenant, m’a vraiment plu. Pour le côté négatif, eh bien, j’ai eu du mal à lire du noir, du sombre, du sordide de la première à la dernière page. Les étincelles d’espoir et de joie fugaces et vaines ne m’ont pas suffi, la lecture m’a déprimée. Mais elle restera mémorable, sans aucun doute, à la manière de La Route de McCarthy.

Le chef d'oeuvre de Collette reste pour moi Les larmes noires sur la terre.

« La seule couleur était celle du sang. Corentin s’en aperçut en s’écorchant la main à un morceau de bois, un soir qu’il faisait du feu. Cela roula sur sa paume. Cela coula sur ses doigts. Dans son esprit chaviré, cela prit des teintes d’automne flamboyantes, des lueurs de rubis, des incandescences d’un vermillon inouï. Cela refléta le soleil disparu. Il fut émerveillé. »

Les enfants : « Ils inventaient sans rien connaître d’avant, ils partaient de quelque chose de neuf, de ce que leurs esprits vierges pouvaient agréger, supposer, imaginer. C’était à la fois ridicule et superbe. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'aime beaucoup cette auteure mais pas encore lu celui là ni son dernier. C'est son coté sombre qui me plait.
Répondre
V
je commence à me méfier de l'autrice, je ne me précipiterai plus sur une sortie, par exemple. Tout ce noir... brrr
G
Je n'ai toujours pas lu cette romancière... Mais je n'ai pas envie d'être déprimée par une lecture actuellement. Déjà, j'ai "La route" dans ma PAL depuis des années, et j'en repousse la lecture d'année en année, me disant qu'il faudra bien lire ce roman culte mais bon, en fait le plus tard possible !!!
Répondre
V
;) La Route est vraiment difficile !
C
je l'avais commencé, et sentant les côtés glauque, sordide et désespéré, j'ai abandonné. Vraiment pas l'esprit à ça.
Répondre
V
comme je te comprends ! J'en ai presque fait des cauchemars !
A
Comme toi, je pense que son roman le plus réussi est Les larmes noires, qui est bien noir également.
Répondre
V
oui mais avec tant de beauté !
M
Je n'ai pas lu Les larmes noires sur la terre (je me le note alors) mais j'ai adoré celui-ci. Son dernier roman m'attend et j'ai hâte de la lire de nouveau.
Répondre
V
ce roman m'a déprimée mais je ne suis pas fan des récits apocalyptiques.
K
Les larmes noires? Je suis allée voir de quoi ça parle, heu, pas vraiment rose bonbon, dis donc!
Répondre
V
non mais il y a plus d'espoir et de lumière que dans Et toujours les Forêts.
S
C'est l'autrice que j'ai décidé de découvrir cette année !
Répondre
V
chouette !
E
je note donc plutôt Les larmes noires sur la terre.!
Répondre
V
oh oui, il est sublime, je l'ai prêté et tout le monde a aimé.
A
J'ai lu les premiers titres de cette auteure, mais je me suis lassée de ce glauque à tout prix. Et si en plus, il y a de l'apocalyptique, je fuis !
Répondre
V
je te comprends et je réagis de la même manière !
E
J'ai enchainé assez rapidement les premiers de l'auteure, les attendant impatiemment, mais beaucoup moins maintenant. J'ai d'ailleurs en attente Les larmes noires sur la terre, c'est le dernier d'elle acheté lors de sa sortie en poche.
Répondre
V
Les larmes noires sur la terre est vraiment différent de ses autres romans, je trouve, et absolument sublime !
A
Toujours pas lu cette fameuse Sandrine Collette mais un jour, un jour.^^ Je sens qu'il faudra que je choisisse bien mon titre !
Répondre
V
Je te conseille Les Larmes noires sur la terre ou, si tu veux un polar, Un vent de cendres ou Six fourmis blanches.
D
Bonsoir,
une lecture que j'ai hautement appréciée de Sandrine Collette.
Et encore des romans à lire d'elle et un dernier qui arrive aussi !
Bises
Répondre
V
je suis moins enthousiaste, je pense. C'était trop noir pour moi. Bon dimanche, Didi !
T
Je l'attendais avec impatience ce billet, et je partage exactement ton ressenti, c'est avec beaucoup d'effroi que j'ai refermé ce roman, avec l'idée que et si finalement tout ça était possible ? Je ne sais plus si je te l'ai déjà demandé mais tu as vu le clin d'oeil à Cormac McCarthy ? Ce n'est pas un roman réjouissant mais il restera néanmoins marqué, un de ceux qu'on n'oublie pas de sitôt !
Répondre
T
Oui, le narrateur dit qu'il voit au loin un père avec son fils poussant un caddie
V
le clin d'oeil, un moment précis tu veux dire? Non ! Je pense que tu as plus aimé cette lecture que moi... mais c'était prenant, ça oui.
L
Comme Aifelle, je vais dire pas en ce moment c'est sûr. Je te trouve bien courageuse, notre quotidien est assez pénible comme ça.
Répondre
V
Je me suis fait la même réflexion à la lecture... Et effectivement, c'était "trop"!
A
Voilà exactement pourquoi j'ai abandonné Sandrine Collette il y a déjà un moment, du noir, du malheur, toujours pire ...
Répondre
V
oui, là c'était un peu trop pour moi aussi.
M
Tu n'as pas peur des comparaisons ( La route de Mc carty)... Je lirai au moins un roman de cet auteur car je n'ai encore rien lu alors qu'effectivement, elle semble vraiment très populaire...
Répondre
V
Cette errance sombre et apocalyptique, c'est sûr que Collette y a pensé.