Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 09:51

Afficher l’image source

       Mathilde, une Alsacienne, s’envole avec son amoureux Amine, un Marocain qui a combattu du côté des Français pendant la Seconde guerre, pour Meknès. Nous sommes en 1947. Après avoir séjourné quelque temps dans sa belle-famille, Mathilde découvre la campagne marocaine, terrain où va mûrir le projet d’Amine : faire féconder sa terre, mettre en valeur la ferme léguée par son père. Mathilde est sur tous les fronts : rapidement mère de famille, elle doit gérer ses deux enfants Aïcha et Selim, elle doit être aussi bonne fermière que maîtresse de maison, elle tente de soigner les voisins et s’entête à conserver ses traditions françaises.

       J’ai beaucoup aimé cette histoire qui fait un pont entre deux cultures : l’Alsace qui – par ses coutumes et ses traditions - est vraiment bien décrite (je suis Alsacienne) et le Maroc qui, dans les années 50 appartient aussi à ces deux cultures entre les colons qui ont envahi le pays et les indigènes qui revendiquent leur indépendance. Comme on peut s’y attendre, c’est un roman fort et dénué de jugement. Sans manichéisme aucun, Leïla Slimani pose ses personnages et les laisse agir, Amine est doux et travailleur, ferme avec sa femme et ses enfants mais compréhensif … jusqu’à un certain point. Mathilde accepte avec une belle résignation le choix qu’elle a fait et parvient à se couler dans le moule de la parfaite Marocaine. Ces deux-là s’aiment fort sans se le dire ni se le montrer vraiment. Aïcha semble être la petite rebelle qui, on peut l’espérer, sera l’héroïne de la suite de la trilogie. Il en résulte, de ces dix années à Meknès, une violence permanente due aux nombreux antagonismes qu’il est si difficile de réconcilier : France/ Maroc, femmes/hommes, émancipation/traditions…   L’autrice s’est inspirée de la vie de ses grands-parents maternels. L’écriture est belle et voluptueuse, la magie du voyage opère sans effort. J’ai hâte de lire le 2ème tome !

       Leïla Slimani avait déjà évoqué le thème de la femme au Maroc dans Parole d'honneur.

Mathilde rentre une seule fois en France, à la mort de son père. Une fois là-bas, elle hésite à revenir au Maghreb mais elle reviendra : « Maintenant qu’elle était décidée, à présent qu’aucun retour en arrière n’était possible, elle se sentait forte. Forte de ne pas être libre. Et lui revint en mémoire ce vers d’Andromaque appris à l’école, elle la pathétique menteuse, l’actrice du théâtre imaginaire : « Je me livre en aveugle au destin qui m’entraîne. »

Les soldats marocains envoyés en France pour se battre : « Il fallait se battre, vaincre et puis rentrer. Aucun bruit ne devait être fait. Aucune question ne devait être posée. »

Aïcha découvre la mer pour la première fois : « … le bruit étourdissant de la mer. C’est cela d’abord qui lui plut. C’est cela qu’elle trouva beau. Ce bruit, comme celui d’un souffle dans un journal que l’on roule en forme de longue-vue et que l’on colle contre l’oreille d’un autre. Ce bruit, comme la respiration de quelqu’un qui dort, heureux et plein de rêves. Ce ressac, cette fureur tendre à laquelle se mêlaient, un peu assourdis, les rires des enfants qui jouaient, les recommandations des femmes – « Ne t’approche pas trop, tu pourrais te noyer ! » -, la complainte des vendeurs de pépites et de beignets qui se brûlaient les pieds dans le sable. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

U
J’ai beaucoup aimé ce livre et j’attends la suite de pied ferme !!!
Répondre
E
j'ai bien aimé "Chanson douce"mais les commentaires mitigés m'ont un peu refroidie pour celui-ci...<br /> J'attendrai aussi pour les enchaîner afin de rester dans le bain :-)
Répondre
V
Sache, en tous cas, que les deux romans n'ont rien à voir! Si ce n'est que la femme est toujours au coeur de l'histoire...
M
Je n'ai lu d'elle que son Chanson douce pour le moment.
Répondre
V
autre monde, autre style ici.
S
Je le lirai sans aucun doute !
Répondre
V
J'aime beaucoup l'autrice et ce qu'elle dit, ce qu'elle représente, ce qu'elle écrit.
E
j'aurais tendance aussi à attendre pour pouvoir les lire à la suite !
Répondre
V
je comprends!
A
Une trilogie qui va m'attendre en poche, je le crains ... Je n'aime pas attendre les suites !
Répondre
V
ah ça je le comprends, j'ai une mémoire de poisson rouge, je préfère aussi les lire à la suite.
A
J'attendrais que le second tome soit rotie pour les lire à la suite, je préfère.
Répondre
V
je comprends, je regrette presque de ne pas l'avoir fait, avec ma mauvaise mémoire...
T
Comme tu le sais je l'ai beaucoup aimé, et moi aussi j'espère que la suite ne tardera pas trop! On a souvent lu sur la décolonisation en Algérie mais assez peu sur le Maroc.
Répondre
V
oui, tu as raison ! Je pense cependant que tu as encore plus apprécié que moi !
F
Je l'ai déjà noté pour un emprunt à la bibliothèque :-)
Répondre
V
bravo ;)
M
Je l'ai noté mais pour l'instant je n'avais pas encore lu une critique aussi enthousiaste que la tienne. Merci de nous livrer ton ressenti. J'espère que ta rentrée s'est bien passée et que ce n'est pas trop compliqué pour toi et tes élèves. belle journée
Répondre
V
Merci Manou ! Oui, le cap est franchi, ça va mieux. On n'aimerait ne plus avoir le masque mais on fait avec... Pour le roman de Slimani, je n'en fais pas un coup de coeur mais j'ai bien aimé et j'ai hâte de lire la suite. Bonne soirée!
L
J’ai beaucoup aimé cette lecture, moi aussi.
Répondre
V
et totalement différente d'une Chanson douce!
C
Tu me donnes envie de le lire!!
Répondre
V
tant mieux :)

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages