Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 09:25

Résultat de recherche d'images pour "Les victorieuses de Laetitia Colombani"

             Solène, avocate d’une quarantaine d’années est en dépression : son compagnon l’a quittée et son client s’est suicidé. Son psy lui propose d’œuvrer pour une association caritative afin de sortir de son burn-out. Solène, peu enthousiaste, choisit d’être « écrivain public » au Palais de la Femme, ce foyer gigantesque qui peut accueillir 743 femmes en détresse. Si les débuts sont rudes et l’intégration dans ce microcosme compliqué, Solène finit par se rendre utile : ici écrire une lettre pour le fils resté au pays, là réclamer quelques euros… En parallèle, on rencontre Blanche Peyron, officière de l’Armée du Salut, qui, au début du XXème siècle, consacre sa vie aux pauvres. Soutenue par son mari Albin, elle veut acheter cet immense immeuble pour y loger des femmes en situation de précarité. A plusieurs millions d’euros, le projet est insensé mais Blanche s’accroche.

           Comme pour La Tresse, on pourrait reprocher à l’autrice un style assez plat noyé dans une surabondance de bons sentiments, pourtant j’ai été moins agacée par ce roman que par le précédent. L’histoire de Blanche Peyron et de ce Palais de la Femme, je l’ignorais totalement et elle m’a vraiment intéressée, digne d’être connue et reconnue. Le parcours de Solène n’est pas tant caricatural que cela et le regard porté sur les sans-abris et les femmes en détresse sans doute fécond. Alors si le roman de Laetitia Colombani peut changer quelques idées préconçues, ouvrir les yeux sur la misère qui nous entoure, je suis d’accord. Il est comme une pommade qui embaume et camoufle une plaie… sans la guérir pour autant. En tous cas, cette lecture est tombée à un bon moment pour moi et je l’ai appréciée.

 

Salma a été recrutée par la directrice du Palais parce qu’elle y a vécu, dormi, connu un destin chaotique elle aussi : « Son vécu a de la valeur. »

« Au Palais, on l’appelle « la Renée », du nom que ses compagnes de rue lui ont donné. Elle a passé quinze ans sur le pavé. Quinze ans sans toit, sans foyer. Quinze ans sans dormir dans un lit. Depuis, la Renée n’y arrive plus. Pas moyen de trouver le sommeil dans sa chambre, elle s’y sent enfermée. Elle préfère dormir dans les parties communes, entourée de ses cabas. Ses affaires, elle ne peut se résoudre à les ranger dans les placards. Elle a l’impression qu’on va les lui voler. Elle a besoin de les sentir autour d’elle, constamment, comme si toute sa vie tenait là, dans ces grands sacs qu’elle trimballe jour et nuit sur son dos, telle une femme-escargot. » Plus tard, on apprend que des femmes sans-abri, comme elle, se font souvent violer la nuit et que marcher, bouger sans cesse lui permet de survivre… On regardera peut-être différemment une vagabonde profondément endormie en plein jour…

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Je n'ai pas lu La tresse, et pour celui-ci, je ne sais pas, pourquoi pas ?
Répondre
K
Pas du tout convaincue par La tresse, je ne pense pas que je lirai celui-ci.
Répondre
V
je comprends
P
Je suis contente que tu l'aies appréciée. Je n'ai pas eu le même ressenti pour le style de l'auteur. Je me suis laissée emportée par la tresse sans trouver le style plat et je dois dire que dans celui-ci j'ai été vraiment touchée. Une de mes plus belles lectures de cet été!
Répondre
V
je n'en suis pas là mais j'ai été touchée aussi.
D
J'avais été un peu déçue par la tresse mais pourquoi pas? Je peux toujours essayer de lire celui-ci, on ne sait jamais, il me plaira peut-être plus.<br /> Daphné
Répondre
S
Bien aimé Blanche, un peu moins Solène
Répondre
V
sans doute Solène est-elle un peu moins crédible...
H
J'aimerais bien le lire effectivement...
Répondre
V
:)
M
depuis la tresse qui ne m'attirait aps, je n'ai toujours pas envie de lire cet auteur !
Répondre
V
je peux comprendre même si tu ne perds rien à tenter le coup !
C
La tresse ne m'avait absolument pas convaincue non plus...je passe donc allègrement sur ce roman-ci!
Répondre
V
je comprends!
K
Une autrice qui ne me tente pas, pour le moment du moins...
Répondre
V
c'est léger (et pas tant que ça) et de bonne intention.
K
Mouais, s'il faut que je zappe le mal écrit ou trop plat, ça va être difficile.<br /> Pourtant c'est un bon sujet
Répondre
V
:) oui le sujet l'a emporté chez moi, j'avoue tout...
S
Il y a des livres qui tombent pile au bon moment et qui font du bien. Cela a visiblement été le cas pour toi avec celui-ci.
Répondre
V
et ça fait des mois que j'ai besoin de livres qui font du bien… malheureusement!
A
L'auteure garde la recette qui a fait son succès ?
Répondre
V
elle est plutôt douée même si ce n'est pas de la grande littérature!
E
je n'ai pas eu envie de le lire, j'ai aimé sans plus "La tresse" seule la femme indienne a retenu mon attention, trop chick-litt à mon goût :-)
Répondre
V
on en n'est pas loin, il est vrai, mais pas tout à fait. Et c'est ce "pas tout à fait" qui m'a plu :)
M
Je préfère, et de loin, le récit de Brigitte « j’habite en bas de chez vous », récit authentique sur une femme SDF.
Répondre
V
bien sûr, il n'y a même pas de comparaison possible.
M
J'hésite à le lire, j'avais trouvé la tresse juste intéressant pour les ados, même s'il y avait de belles idées dedans...alors je ne crois pas me laisser tenter malgré ce que tu en dis, j'ai tant à lire !
Répondre
V
comme je te comprends! Si je n'étais pas tombée dessus, je ne lui aurais pas couru après, non plus.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages