Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 16:51

Résultat de recherche d'images pour "dernier jour sur terre vann"

             Steve Kazmierczak, 27 ans, tire sur des étudiants le 14 février 2008 dans un amphithéâtre à DeKalb, dans l’Illinois, il tue cinq personnes, en blesse dix-huit avant de se suicider. L’auteur, David Vann, a grandi parmi les armes lui aussi. Il a appris à tirer sur les petites bêtes avant de s’en prendre à des cerfs. Lorsque son père se suicide, il hérite de toutes ses armes et poursuit ses petits massacres en visant de temps et temps ses voisins au Magmum. Il revient sur la vie de Steve, peut-être aurait-il pu lui aussi en arriver là ? A commettre un meurtre programmé ? Il revient sur l’itinéraire de cet enfant que sa mère gardait jalousement à la maison, regardant avec son fils des films d’horreur tout en lui parlant de la Bible… Son internement, ses conflits avec sa sœur, son refus de la drogue, sa renaissance au contact des études, son extrême politesse, ses sites rencontres érotiques, ses TOC de vérification, ses brillantes réussites scolaires …

            Ce texte naviguant entre roman, biographie et documentaire, nous plonge sans concession dans cette Amérique où on achète aussi facilement une arme à feu qu’un tube de colle, où l’on transmet de père en fils cette fierté de savoir dégommer un cerf. Ça fait froid dans le dos. David Vann a voulu retracer le parcours de Steve d’une part pour le comparer au sien ; à lui aussi on a enseigné les tirs, les armes, la mort - mais aussi pour s’en détacher et expliquer que l’enfance de Steve, ses parents, son univers et ses troubles psychologiques ont créé ce criminel. C’était intéressant de lire que Steve n’était pas un monstre de A à Z, qu’il était apprécié de la plupart de ses amis et collègues, que son acte est dû à un dysfonctionnement personnel et à une éducation complètement aberrante. C’est finalement son univers empli de films d’horreur et déviances sexuelles que je me suis pris à détester plus que le gars lui-même. Les descriptions des films et des loisirs de Steve et de ses amis m’ont barbée si elles ne m’ont dégoûtée. Enfin, on comprend bien que l’auteur s’insurge ouvertement et clairement contre cet usage légal des armes à feu qui permet ces tueries de masse. Il a su rendre cette biographie prenante, faisant monter la tension jusqu’au jour fatidique et prouvant la part de responsabilité de la société américaine dans un style, comme à son habitude, concis, efficace, cinglant. Pas le meilleur de l’auteur à mon goût mais un livre édifiant et glaçant.

Merci à l’ami prêteur !

De nombreuses références à Cho sont faites, l’auteur de la fusillade d’avril 2007 qui a fait plus de trente morts : « Cho a tué trente-deux personnes, il en a blessé vingt-trois puis s’est suicidé avant l’arrivée de la police. Dans toute l’histoire des Etats-Unis, c’est le déchaînement le plus meurtrier perpétré par un tueur isolé, et tout ceci était idiot. Il n’y a rien de cool ni d’intéressant dans la méthodologie de Cho. Acheter un Glock 19, quelques chargeurs supplémentaires, entrer dans une salle de classe et tirer sur les gens. Nous n’avons encore rien mis en place pour empêcher quelqu’un de commettre un tel acte. C’est un droit américain.

« Après la fusillade de NIU, le pouvoir législatif de l’Illinois a tenté de voter une loi qui aurait pu limiter l’achat d’armes de poing à un pistolet par mois et par personne, ce qui impliquait tout de même qu’une personne pouvait se procurer douze armes par an, et même cela n’a pas été voté. Les propres élus de DeKalb ont voté contre. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Je passe mon tour, un livre qui doit faire froid dans le dos.
Répondre
V
ah oui, ce n'est pas gai...
A
Hmm j'avoue la thématique me rebute. Je ne pense pas m'y aventurer un jour même si visiblement l'auteur l'a très bien traitée.
Répondre
V
je ne l'aurais pas lu si on ne me l'avait pas conseillé !
E
Un jour peut-être... Les armes à feu et moi, cela ne fait pas bon ménage :-)
Répondre
V
tout pareil… mais finalement, c'est en parler beaucoup pour dénoncer leur utilisation.
A
Encore un roman de l'auteur sur le sujet des armes à feu...
Répondre
V
quand on connaît son passé, on comprend mieux pourquoi...
M
Je ne l'ai pas encore lu mais je le ferai, un jour ou l'autre, je ne peux m'empêcher de découvrir toute l'oeuvre de David Vann. Merci pour cette présentation. Bonne fin de journée
Répondre
V
c'est violent mais tellement fort!
K
Sujet épineux aux Etats-Unis, le pays où le chef d'Etat prône le port d'armes pour tout le monde ! Ca fait froid dans le dos. Ceci dit, je n'ai guère envie de lire ce texte, je crois.
Répondre
V
Il m'a rebutée au début mais je n'ai pas regretté cette lecture.
F
Cette couverture est glaçante!!!
Il me tente beaucoup, même si à chaque fois que je lis David Vann, j'ai des sueurs froides...
Répondre
F
Excellente idée! ????
V
il faudrait trouver une appellation pour les antonymes des "feel good"... et désigner Vann chef de file! ^^
L
Ne pas oublier que les Americains ont voté pour Trump qui a déclaré et qui le pense certainement (comme sans doute beaucoup de ses compatriotes) que si les Français avaient eu le droit de porter des armes il y aurait eu moins de morts au Bataclan.
Répondre
V
je m'en souviens, heureusement que TOUS les Américains ne sont pas à mettre dans le même panier… enfin j'espère.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages