Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2019 4 16 /05 /mai /2019 19:05

Résultat de recherche d'images pour "le discours fabrice caro cygne"

               Pour ceux qui commencent à me connaître, je suis une trouillarde dans l’avion (quel euphémisme !) et j’ai des lectures spéciales phobie-de-l’avion. De tous les romans légers, polars faciles, feel good (que je fuis en général), Le discours remporte la palme puisque j’ai dévoré la moitié du livre pendant le vol !

              Adrien, la quarantaine, assiste à un énième repas familial : ses parents, sa sœur, son futur beauf. Adrien vient de se faire plaquer par Sonia, sa compagne… pas exactement « plaquer » d’ailleurs mais elle a dit qu’elle avait besoin d’une pause … qui dure déjà 38 jours. Et puis Ludo, le futur mari de sa sœur, lui demande en passant d’écrire un « petit discours » pour le jour du mariage. Oui mais Adrien n’est pas n’importe qui, il réfléchit à tout ce qu’il fait/dit/peut être dit, il a autant d’assurance qu’une moule de bouchot, il ne connaît ni naturel ni spontanéité, c’est un éternel gaffeur qui est capable de faire une liste de discussions possibles pour un premier rendez-vous (et surtout de la donner par inadvertance à la très chère !!) Présentement, il a donc deux problèmes majeurs à régler : trouver le courage de dire non à Ludo et savoir comment astucieusement écrire un sms à Sonia pour la reconquérir. Tout ça entre un gratin dauphinois et des parents archi ploucs, une sœur qui ne lui a toujours offert que des encyclopédies et un environnement familial fait de mensonges poisseux et de faux-semblants gluants. Va-t-il s’en sortir ?

           Si vous avez vous aussi un moment douloureux ou rasoir à passer, une heure dans la salle d’attente d’un médecin, un repas soporifique orchestré tambour battant par un hôte logorrhéique, emportez ce petit livre avec vous. On peut même envisager, hommage suprême, de le glisser discrètement sous une nappe d’une table trop garnie. Ne vous y trompez pas, à côté d’une légèreté à peine feinte, de délicieux néologismes, d’une satire loufoque de la société, se cachent quelques réflexions hautement intellectuelles puisqu’on nous parle de Musil et de Pessoa (bon, un tout petit peu), de Géricault et de son radeau (un peu plus quand même). Et surtout, vous sortirez de cette lecture grandi, supérieur, un brin arrogant et, osons le dire, à quelques encablures de vous sentir tout-puissant, voire superhéros. Ouais, il peut tout ça, ce livre, … attention tout de même : un disgracieux gloussement peut inopinément jaillir de votre gorge à peine déployée, si ce n’est un bon gros éclat de rire.

            Je propose de sacrer Fabcaro gourou suprême du rire, de l’irrévérence si bien accouplée à la lucidité !

« Pour ma mère, le monde se divise en trois catégories : : ceux qui ont le cancer, ceux qui font construire et ceux qui n’ont pas d’actualité particulière. Entre ces deux stades, la construction et le cancer, pas grand-chose, une espèce de flottement, une parenthèse, un vide existentiel. Et chaque fois qu’elle cite quelqu’un qui a fait construire, c’est une façon de me dire de manière détournée : Toi Adrien tu n’as pas fait construire, tu es en location, qu’est-ce qu’on a raté avec toi, Adrien ? »

 

« Depuis trente-huit jours, je soupçonne la pause d’avoir un prénom, je la soupçonne de s’appeler Romain. C’était il y a quelques mois, nous nous étions retrouvés dans une soirée d’anniversaire et il y avait ce type, ce grand brun un peu ombrageux. Il avait attrapé une guitare qui traînait dans le salon, comme ça, nonchalamment, s’était accroupi dans un coin et avait commencé à égrener quelques arpèges mélancoliques, des accords mineurs, de ceux qui pénètrent le cœur sans sommation, on n’a pas le droit d’enchaîner un la mineur et un ré mineur dans une soirée où les filles sont accompagnées de leur conjoint, c’est formellement interdit par les accords de Genève, on ne peut pas. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Je l'ai offert à mon fils, qui a été un peu déçu. Il préfère ses BD. Je pense lui l'emprunter, pour me faire ma propre idée.
Répondre
V
déçu? ah… bon, ce n'est pas de la grande littérature mais c'est plaisant.
J
Un roman qui a fait mouche de mon côté également. Mais comment pouvait-il en être autrement ? ;)
Répondre
V
on est conquis, on va le rester je crois ^^ !
E
A voir si il croise ma route, ma PAL n'en peut plus et ne baisse jamais, j'achète plus que je ne lis pfff ^^
Répondre
V
oui moi aussi mais celui-là passe comme une lettre à la poste, ziouppp et il est lu. Promis!
A
Il m'attend dans ma PAL mais j'ai préféré commencer par Figurec, son tout premier, et s'il m'avait paru prometteur au début, il m'a un peu déçue sur la longueur. Du coup, je suis moins motivée par Le discours, mais toujours prête à dévorer ses BD. Ton billet me remotive un peu mais j'ai tellement à lire que ce ne sera vraiment pas pour tout de suite.
Répondre
V
Aucune longueur dans Le Discours, promis ! Autre argument, c'est tellement drôle et divertissant que ça se lit en deux-trois heures, sans problème!
K
Très chouette billet qui met à l'honneur ce roman savoureux.
Répondre
T
Mais quel billet!! J'ai adoré le coup de l'hôte! Ouf t'es pas encore venue chez moi. Bon par contre maintenant j'ai envie de le lire!!
Répondre
T
Sérieux? Je ne m'en souviens même pas! Quelle ingrate je suis ????????
V
je te l'avais proposé, tu ne le voulais pas, je te le rappelle ^^ Je te le ramène la semaine prochaine !
K
Je n'ai toujours rien lu de Fabcaro, mais je compte bien trouver ce roman pour passer un bon moment !
Répondre
V
des rigolades en perspective, si tu acceptes le 2è degré!
A
Une PAL spéciale avion ?
Répondre
V
ouais, les trucs faciles, légers, bonne humeur… même si ça ne fonctionne pas des masses !
I
Mince alors ! Tu avais prévu un autre roman pour la 2e moitié du trajet ?
Ce titre est sur ma PAL, il ne m'attirait pas a priori, mais à force d'en lire des éloges..
Répondre
V
Oui mais pas assez léger, drôle !
L
Je suis passée complètement à côté et j'ai abandonné au milieu. J'ai trouvé ça répétitif et trop "bureau des plaintes" à mon goût. Pourtant, j'aime bien ses dernières BD donc je partais plutôt confiante.
Répondre
V
oui je comprends, il faut adhérer et accepter aussi que ce n'est pas de la grande littérature. De temps en temps, que c'est bon !!
N
j'ai souri à ton intro du billet - je n'ai pas du tout la phobie de l'avion, mais moi c'est la phobie des aéroports, des temps d'attente, des files, des moments à ne rien faire, à ne pas arriver à se concentrer sur une lecture, etc.
ce livre t'a beaucoup plu il me semble, je vais l'ajouter à une liste déjà longue de livre à acheter ;-)
Répondre
V
tu imagines que l'attente dans un aéroport ne me plaît pas non plus, pourtant, en temps normal, attendre avec un bon bouquin ne me dérange absolument pas.
K
Tiens ou, le voyage en avion?
Répondre
V
Athènes !!
L
Le premier chapitre m'aurait fait supporter nimporte quel voyage en avion. Mais j'aurais sans doute intrigué les autres voyageurs par mes gloussements irrépressibles.
Répondre
V
j'avais la banane en tous cas!!!
D
Bonsoir Violette, je compte bien le lire dès que je le trouverai en bibliothèque.
Répondre
V
tant mieux!
M
Un bon moment détente que j’ai dégusté sans modération !
Répondre
V
toi aussi, … ça fait du bien !
M
J'ai abandonné Figurec, un des romans de ce bédéiste, mais je compte bien continuer à lire d'autres oeuvres ! J'avais beaucoup ri pour Zai zai zai zai
Répondre
M
En BD, ça passe peut-être mieux. En roman, où il a dû développer, c'eest répétitif
V
J'avais adoré Figurec en BD mais je n'ai pas lu le roman.
M
Un one-man show hilarant !
Répondre
V
au top !!!