Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 12:12

Résultat de recherche d'images pour "My absolute darling de Gabriel Tallent blog"

                  Julia, surnommée Turtle, vit seule avec Martin, son père, dans une maison isolée dans la forêt. Martin est un homme intelligent, cultivé, fort et toutefois sauvage, fou, barbare, possessif, imprévisible. Il a appris à sa fille à manier les armes à feu et à survivre dans la nature. Une relation incestueuse entre père et fille crée, aussi dingue que ça puisse sembler, un certain équilibre où l’un ne peut fonctionner sans l’autre. Pourtant, Turtle va être livrée à elle-même pendant quelques semaines, temps où elle apprendra à côtoyer d’autres personnes, son professeur, deux lycéens et leur famille respective, où elle apprendra à se défaire de l’emprise paternelle. Martin reviendra accompagné d’une petite fille trouvée ; jalouse, Turtle sera partagée entre le soulagement de revoir son père et l’effroi devant son attitude avec la petite Cayenne. Pour se sortir d’une situation embourbée et plus que malsaine, Turtle comprend vite qu’elle n’a plus qu’une seule solution.

                D’emblée, je dois dire que je n’ai pas ressenti l’enthousiasme de la plupart des lecteurs et je ne ferai pas un coup de cœur de cette lecture. Cette gamine qui trimballe et nettoie constamment ses armes m’a fait froid dans le dos, ce qui n’est rien par rapport à la nausée que j’ai pu éprouvée pour certains passages. Et que dire des dialogues où « Putain » et « connasse » deviennent une rengaine un peu trop familière. Pourtant, ce roman est assez exceptionnel, j’en conviens. Récit d’apprentissage pour une fille dont les racines sont corrompues, dont les repères sont complètement faussés, pour qui amour rime avec violence. Que faire d’un être tellement adoré et tellement haï à la fois, celui qu’on aime plus que tout au monde, celui qui nous a tout appris et aussi celui qui nous détruit ? Dans une nature foisonnante, insolente, envahissante et totalement indifférente à la bestialité de l’homme, celle que son père appelle « Croquette »  sait se débrouiller sans problème mais les relations humaines sont un vaste champ à peine exploré où elle titube, maltraitée par les recommandations et les conseils de Martin. La surenchère de violence, le manque de crédibilité de certains passages m’ont amené à tourner la dernière page avec un franc soulagement. Je ne suis pas contrariée d’avoir lu ce livre (qui m’a fait penser à Hunger games et au sublime Dans la forêt) mais les envies de vomir ne sont pas forcément ce que je recherche. Sans connaître le pays d’origine du romancier, on peut aisément deviner que les actions à foison et le « spectaculaire » sont dignes d’un Américain. Bon, vous l’aurez compris, la balance penche dangereusement vers le Négatif pour ce roman coup de poing qui en a séduit plus d’un (mais pas tous, pas tous !)

Le père : « Tu as manqué de choses, je n’ai pas su te donner tout, mais tu toujours été aimée, Croquette, profondément et inconditionnellement. Et je ferai plus pour toi que ce j’ai u faire jusqu’à présent. Tu seras meilleure et bien davantage que moi. Ne l’oublie jamais. »

Turtle a fugué : « Elle pense, Je l’aime, je l’aime si foutument fort mais, mais laisse-moi prendre un peu le large. Qu’il vienne à ma poursuite. Et on verra bien e qu’il fera, pas vrai ? On joue à un jeu, et je pense qu’il le sait bien ; je le déteste pour quelque chose, quelque chose qu’il fait, il va trop loin et je le déteste, mais je me montre incertaine dans ma haine ; coupable, pleine de doutes et de haine envier moi-même, presque trop pour réussir à le lui reprocher ; c’est moi, ça, une foutue pouffiasse ; […] »

« Au moins tu as ça : tu t’as toi-même, tu peux faire ce que tu veux de toi-même, Turtle. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Bonjour,<br /> Cela ne fait aucun doute sur une telle lecture, les avis ne peuvent être que tranchés :on aime ou on déteste... Et les commentaires ci-après en atteste. Esprits tourmentés !... On assiste à ces déchainements de violence comparables à ceux de la nature océane ... l'auteur a-t-il en partie vécu autant de maux pour les décrire avec autant de véracité ?<br /> Qu'apprenons-nous sur les contradictions de l'âme humaine et sur la résistance physique et psychique aux maux ?<br /> Que retirer d'un tel roman ?<br /> mes impressions d'après lecture :<br /> http://www.mirebalais.net/2019/09/j-ai-lu-my-absolute-darling-de-gabriel-tallent.html<br /> Bien cordialement .
Répondre
M
Je dois encore le lire... Affaire à suivre.
Répondre
A
Oui, je pense que c''est une lecture vraiment difficile. je l'avais rencontré au festival America et j'avoue que ce livre m'avait fait peur.
Répondre
M
Là je passe mon tour.
Répondre
M
J'espère que je vais aimer plus que toi ! Je dois l'écouter bientôt
Répondre
M
Il est dans ma liseuse, je dois le lire un de ces jours, on verra bien...
Répondre
K
Si c'est vulgaire, je vais le lire en anglais alors... on dirait que ça me dérange pas mal moins.
Répondre
I
Tu n'es en effet pas la première à lui faire ce genre de reproches. Je le lirai sans doute quand il sortira en poche, j'avoue que j'aime bien, moi, les récits qui provoquent des réactions fortes, même si elles sont désagréables !
Répondre
C
Je suis globalement de ton avis, nous avons eu le même ressenti.<br /> Ce roman a été un réel moment de souffrance... J'avais hâte d'en finir !
Répondre
S
Je finirai par tenter. Envie de me faire mon propre avis !
Répondre
A
Il a beaucoup plu, mais je ne crois pas qu'il soit pour moi.
Répondre
L
Il est dans ma PAL depuis quelques mois... Tu n'es pas la première que je lis qui souligne cet excès de violence assez pénible sur la durée... Il faut vraiment que je le lise pour m'en faire une idée...
Répondre
S
Je fais partie de celle pour qui la balance penche du côté positif. J'en ai fait un coup de coeur parce qu'il est comme tu le dis exceptionnel. Mais c'est aussi une lecture coup de poing.
Répondre
V
trop d'excès, trop de violences, trop de trop…
A
Pas un coup de coeur car certains défauts m'ont agacés. Mais une lecture que j'avais tout de même trouvée passionnante.
Répondre
V
je suis plus mitigée que toi!
K
J'ai aimé le personnage de Turtle, et aussi des deux jeunes qu'elle rencontre, la relation à la nature... évidemment l’écœurement ressenti m'a empêchée d'en faire un coup de cœur, mais je l'ai trouvé très bien écrit.
Répondre
V
L'omniprésence des armes et la violence explosive m'ont vraiment bloquée. Turtle est agaçante parfois quand même, non?
E
Pas du tout tentée par cette histoire.
Répondre
V
c'est compréhensible!
K
Ce n'était pas un coup de coeur pour moi, j'en suis ressortie exsangue, je compare cet auteur à David Vann, on ressent de la fascination pour cette écriture qui crée une atmosphère oppressante et un écoeurement pour le contenu.
Répondre
V
puisque tu les compares, je préfère - de loin - David Vann! Quelle lecture difficile et éprouvante!
K
Au deuxième ou troisième nettoyage d'armes, j'ai lâché!
Répondre
K
Au deuxième ou troisième nettoyage d'armes, j'ai lâché!
Répondre
V
oh oui, ces armes partout tout le temps…. brrrr!
A
Personnellement je n'ai aucune envie de lire ce livre...
Répondre
V
je comprends!

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages