Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 11:09

 

L'Abandon par Rock

            En 1999, Caroline a 12 ans et vit avec son Père, cachée dans la forêt. Ils rejoignent de temps en temps la civilisation citadine, à Portland, pour faire de petites courses ou se rendre à la bibliothèque mais l’homme fait l’école à sa fille, elle dévore les encyclopédies, elle est agile, court très vite et sait grimper aux arbres. Il faut cependant se terrer à la moindre approche, s’éloigner des autres hommes, s’isoler d’eux pour ne pas se faire découvrir. Pourquoi ? Le lecteur le découvrira bien plus tard.  Un jour pourtant, un joggeur repère la fille et la dénonce à la police qui, après examens médicaux, tests divers, accepte très généreusement de placer père et fille dans un endroit sûr, entouré de chevaux, où le père pourra travailler. Même si ce confort éphémère leur plaît, Caroline et son père succombent encore une fois à la tentation de fuir dans la forêt. Cette tentative rencontrera bien des embûches et des drames, le froid et la neige n’étant pas leurs meilleurs alliés.

            Ce roman assez étrange remet en question la société de consommation, le panurgisme, le moule dans lequel on veut tous nous faire entrer et les limites de la liberté. L’auteur donne à voir avec un certain talent un mode de vie différent, en marge de notre vie routinière et en lien étroit avec la nature -et aussi une relation exclusive entre un homme et sa fille. Certains passages font l’apologie de la vie sauvage de manière quasi bucolique et d’autres expriment une violence qui n’est pas loin d’un Sukkwan Island ou de La Route de McCarthy. L'absence de sentiments pose parfois problème, le ton est souvent froid et neutre, sans doute permet-il de renforcer la personnalité très forte de Caroline, son mental d'acier transmis par son Père. J’ai trouvé la fin très belle et le roman réussi dans le sens où Caroline -devenue grande- sait parfaitement faire communier les avantages de la ville, la culture avec la nature, ses bienfaits et son besoin de solitude. Pour ceux qui aiment les nature writing, n’hésitez pas !

« Si l’on avance hardiment dans la direction de ses rêves, on sera payé de succès inattendus en temps ordinaire. On franchira une borne invisible. »

« Un oiseau n’est pas censé pouvoir voler en arrière mais  j’en ai vu le faire. Si je suis assez patiente, je vois les nuages se séparer et se reformer. Un renard roux fait trois bonds en avant puis revient à son point de départ. Ses pattes touchent le sol aux mêmes endroits puis il repart en avant et je le vois passer devant moi en bondissant. Je reste immobile. Un daim à la queue blanche passe devant moi en s’ébrouant, entraînant l’air dans son sillage avant de bondir brusquement sur les mêmes traces. Une feuille tombe d’un arbre puis remonte pour se remettre à sa place. Le soleil tressaillit avant de redescendre en douceur vers la fin de journée. Je me sens dans mon élément au cœur de ces odeurs de sauge et de pin, avec toutes les égratignures sur mes bras nus. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Je ne connais pas du tout et je ne suis pas trop tentée.
Répondre
M
Je le note mais je ne sais pas trop car ma liste est immense et c'est vrai qu'en ce moment je déborde d'idées de lecture. Mais tu titilles ma curiosité car je ne connais pas cet auteur. Merci pour ton ressenti
Répondre
T
Et ça a un petit côté Dans la forêt aussi non? ça a l'air pas mal.
Répondre
V
oui… en moins bien quand même ^^
A
Faire communier la ville et la nature ? Me voilà curieuse.
Répondre
V
n'est-ce pas? :)
C
Une lecture qui serait parfaite avec ce temps hivernal !
Répondre
V
à savourer sous un plaid bien chaud, oui!
A
Ce thème commence un peu à me lasser, j'avoue ... Et La route est une référence qui me fait fuir ... Pourtant, la fin de ton billet me titille l'envie d'aller quand y jeter un oeil
Répondre
V
on est quand même très loin de La Route qui m'a traumatisée!
A
Les thématiques et l'idée de départ de ce livre me plaisent bien, après j'ai toujours un peu de mal avec le nature writing...
Répondre
V
moi j'adore!
I
C'est un sujet qui inspire beaucoup en ce moment, entre la littérature et le cinéma ! En tous cas, ton avis est bien tentant...
Répondre
V
c'est vrai et c'est un sujet qui me plaît!
A
J'ai beaucoup aimé cette lecture. Quand il est sorti, on voyait moins de récits de ce genre qu'aujourd'hui.
Répondre
V
tu dois avoir raison!
V
tu dois avoir raison!
K
Pourquoi pas? Espérons qu'il n'y a pas de violence... Ces thèmes commencent à se répandre (mais s'il y a de la nature... ton passage est très bien)
Répondre
V
non ce n'est pas violent, au contraire.
K
Ton résumé ressemble étrangement au film que j'ai vu dernièrement au cinéma : Leave no trace. Film que j'ai beaucoup aimé ! Il a été tiré de ce roman ?
Répondre
V
Merci Aifelle pour cette info, l'idée d'aller voir le film me titille maintenant...
V
Krol : d'après Aifelle, oui c'est la même chose. Tu me donnes envie de voir le film!
A
Krol, oui, il est tiré du livre. Je ne suis d'ailleurs pas allée le voir, je ne voulais pas toucher à mon souvenir du roman (Violette pardon de m'incruster chez toi ;-) )
D
Je pense qu'il me plairait celui-ci! Je le note.<br /> Daphné
Répondre
C
J'ai l'impression que le thème de la "vie sauvage" est assez à la mode ces temps-ci ... "Manuel de survie à l'usage des jeunes filles", "Dans la forêt", ...
Répondre
V
je suis assez fan de ce thème, si on n'aime pas il vaut mieux passer son chemin pour ce roman!
L
Les Americains et la nature m'amusent tpujlurs un peu. Ils en sont les principaux destructeurs et dansvleur littérature les principaux défendeurs.
Répondre
V
certains doivent avoir du mal avec l'idée d'être américain, tout simplement. Et je les comprends!