Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2018 1 30 /04 /avril /2018 09:29

Leïla Slimani et Laetitia Coryn - Paroles d'honneur.

           Acheté très tôt, cet album a finalement fait une longue sieste sur la minuscule étagère consacrée à ma PAL BD.

            Dans la préface déjà, une phrase a fait mouche : Leïla Slimani et sa collaboratrice de dessinatrice, Laetitia Coryn, ont voulu sortir les femmes « de l’ombre où on les confine trop souvent. »

             A Rabat, après une séance dédicace de son premier roman, Leïla Slimani rencontre Nour, une femme habillée à l’occidentale qui lui raconte sa vie qui ressemble à celle de tant d’autres Marocaines : ne connaissant rien de la sexualité jusqu’à un âge avancé, elle se fait traiter de pute par son père parce qu’elle s’épile les sourcils. Violée par deux hommes, elle devient la honte de son quartier. Elle refuse de se marier et fuit ses parents trop traditionnalistes. Son récit en engendrera d’autres, encore des femmes bafouées, humiliées, rejetées ou contraintes de se cacher.

             Un mot résume parfaitement la situation des femmes au Maroc : hypocrisies. Se promener en jupe peut être passible d’arrestation, une femme seule gagnant correctement sa vie a un mal fou à trouver un appart, ben oui, sans doute va-t-elle faire entrer des hommes chez elle ou ouvrir une maison close… Il faut être vierge le jour du mariage, un homme même moderniste et ouvert ne veut pas épouser une non vierge. De nombreuses femmes violées sont obligées d’avorter dans des conditions sordides ou d’abandonner leur bébé. L’article 449 punit « de 1 à 5 ans de prison toute personne ayant provoqué ou tenté de provoquer un avortement. » « Une récente fatwa a interdit aux femmes de toucher aux bananes et aux concombres parce qu’ils ressemblent au sexe masculin. » Et les filles continuent de tomber enceintes contre leur gré… Heureusement, rajoute la nounou de Leïla, « certains hommes préfèrent voir d’autres filles du quartier et laissent leur femme tranquille. » mais la prostitution n’existe évidemment pas au Maroc… Finalement, la femme reléguée au deuxième plan, revêt une importance extrême puisque tout tourne autour d’elle. Si on lui foutait simplement un peu la paix et qu’on la laisse vivre ?

             J’ai beaucoup apprécié cet album qui fait froid dans le dos malgré la beauté des paysages, des maisons maghrébines, des couleurs lumineuses. Un passage me semble encore plus important que les autres, c’est une citation de la journaliste Mona Eltahawi : « L’émancipation est d’abord conscientisation. Si les femmes n’ont pas pris la pleine mesure de l’état d’infériorité dans lequel elles sont maintenues, malheureusement, elles ne feront que perpétuer encore et encore. » Si ce constat résonne tant en moi, c’est que je retrouve cette résignation ou cet aveuglement dans les milieux ruraux où je vis… dans une moindre mesure, heureusement. Un livre à lire et à mettre entre toutes les mains !

Résultat de recherche d'images pour "Parole d’honneur de Leïla Slimani et Laetitia Coryn"

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
J'ai adoré! C'est sûr que ça fait froid dans le dos.
Répondre
A
Bravo Violette ! Super article.
Répondre
V
oh merci Anis!
S
Encore un album à lire !
Répondre
V
je le rangerais même parmi les indispensables!
J
Moi aussi j'ai adoré cet album sans langue de bois et d'une grande justesse.
Répondre
V
Mon mari aussi a beaucoup aimé!
M
Je la chercherai à la médiathèque. J'ignorais que Leila Slimani avait écrit des scénarios de BD. Le sujet m'intéresse tu t'en doutes, c'est tellement révoltant de voir comment les femmes sont encore traitées dans certains pays
Répondre
V
c'est sa 1ère BD je crois. C'est effectivement révoltant de découvrir certaines vies.
K
J'espère qu'elle se trouvera rapidement à la bibliothèque.
Répondre
V
je n'ai pas hésiter à l'acheter!
T
Noté à sa sortie, j'avais trouvé très intéressante l'interview de Leïla Slimani dans C dans l'air. Je pense que c'est un sujet très important parce qu'il ne se cantonne en effet pas au Maghreb et qu'il est bien présent également en France, il n'y a qu'à écouter un peu les jeunes que ce soit dans nos milieux ruraux, ou même en ville. Ca me rappelle également un reportage vu il y a quelques mois sur le harcèlement de rue. Je ne l'ai pas encore lu, mais ça ne saurait tarder, je te l'ai déjà monopolisé assez longtemps!
Répondre
A
Allez zou, noté !
Répondre
V
in-dis-pen-sa-ble!
S
J'ai lu la version texte et j'ai regretté que ça ne dépasse pas le simple recueil de témoignages. Cela n'en reste pas moins très intéressant.
Répondre
M
C’est très choquant, pour nous Occidentales, de supporter la condition féminine décrite ici (et dans bien d’autres pays). L’hypocrisie et la suprématie (telle qu’elle est considérée là-bas) des hommes sont totales. Quand au soi-disant honneur de l’homme ou de la famille, on pourrait en débattre aussi... Merci de cet intéressant partage.
Répondre
C
Je lis très peu de BD, mais si j'ai l'occasion de découvrir celle-ci, ce sera avec plaisir !
Répondre
N
A lire oui... Il va falloir que je suive ton conseil, je sens qu'elle est pour moi cette BD !
Répondre
M
Je ne lis pas de BD mais j'aime beaucoup l'auteur, ses 2 romans ont été pour moi de vrais coups de coeur. Elle a aussi fait un livre de recueil de témoignages sur ce même sujet (je crois ne pas me tromper) et elle est engagée sur ce discours là.
Répondre
V
Je ne suis pas très fan des dessins.
Répondre
A
J'ai l'intention de la lire. Je trouve la démarche des auteurs courageuse.
Répondre
C
J'ai apprécié aussi cette BD édifiante...
Répondre
K
Lu (et pas chroniqué, comme d'hab') mais à découvrir!
Répondre
A
Noté depuis sa parution. Une BD sur laquelle il faut absolument que je mette la main !
Répondre
L
quand les femmes pourront-elles vivre leur vie tout simplement? j'aimerais bien lire cette BD
Répondre