Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 15:33

 

            En 1930, Ali est un adolescent pauvre de Kabylie. Au printemps, une chance inattendue va changer sa vie : avec ses frères, il se baigne dans l’oued et le courant leur apporte un pressoir ! Ce pressoir va permettre à Ali de devenir un riche cultivateur, il épousera Yema avec il aura dix enfants. Mais la guerre d’Algérie va gommer cette aisance et ce confort acquis comme dans un conte de fées. Le FLN lutte contre les Français et contraint la population à rejoindre les rebelles qui sortent les armes et font régner la terreur. Hamid, l’aîné d’Ali, est un petit garçon téméraire et impétueux. Ali craint le pire pour sa famille et, entre les deux camps d’assassins, il choisit le côté français et s’exile en Occitanie en 1962. D’un camp de transit à un autre, la famille s’installe finalement dans une de ces HLM au charme fou construites tout spécialement pour les émigrés, en Normandie.

           Hamid grandit, il est bon élève mais il rejette ce passé qu’il comprend mal, a honte de ses parents illettrés et part vivre à Paris. Il va avoir quatre filles avec une Française, Clarisse, et renouera épisodiquement avec ses parents mais jamais avec la culture algérienne. Naïma, une des filles d’Hamid, va être amenée, un peu par hasard, à travers une exposition dédiée à un artiste algérien, à retourner dans ce pays maghrébin, au même moment où des attentats, en France, ouvrent la porte aux amalgames. Entre retrouvailles et découvertes, Naïma

          Cette saga familiale passionnante évoque l'indépendance de l’Algérie, l’exil et la question identitaire avec beaucoup de pudeur et de sensibilité. On sent une Alice Zeniter  (elle-même petite-fille de harki) très impliquée dans ce sujet qui se prête si facilement à la polémique et aux clichés. Le livre est excellent pour diverses raisons  : le voyage qu’il propose en Kabylie m’a rappelée de lointaines lectures de Kateb Yacine, de Jean Amrouche  ou d’Assia Djebar qui fleurent bon l’olive et les fèves. L’exil et les premières années en France sont synonymes d’humilité et de peur. Il faut se taire, se faire la plus petite place possible. Pour Naïma, la peur a pris un autre visage, elle est une femme moderne mais aussi complètement perdue, oscillant entre amour et rejet de ses racines méconnues.

           Un coup de cœur pour ce roman à lire absolument… pour mourir moins con. Et en écoutant Matoub Lounès.

 

L’amour, « un combat permanent et souvent perdu mais toujours recommencé. »

« Il sait que Yema va crier, lui reprocher de s'être aventuré si loin et d'y avoir laissé sa godasse. Chaque jour, elle réitère son interdiction de sortie, chaque jour il négocie, par des colères, des sourires et des cajoleries, toutes les armes que l'enfance tient à sa disposition, de pouvoir aller un tout petit peu dehors. Il ne peut pas comprendre la peur de sa mère, parce qu'il ne peut pas s'imaginer mourir - c'est une occupation d'adulte. Aujourd'hui, il a quitté la maison en cachette mais il ne redoute pas vraiment l'engueulade qui l'attend. Yema fera semblant d'être en colère alors qu'elle tremble de joie de le voir revenu intact. Il fera semblant d'être triste, tout plein encore du plaisir de sa fuite. C'est un jeu auquel il joue souvent tous les deux. »

« L’école a remplacé les oliviers porteurs de toutes les promesses. L’école est la continuation statique de leur voyage, elle les élèvera au- dessus de la misère. »

« Ils parlent de moins en moins à leurs parents, de toute manière. La langue crée un éloignement progressif. L’arabe est resté pour eux un langage d’enfant qui ne couvre que les réalités de l’enfance. Ce qu’ils vivent aujourd’hui, c’est le français qui lui donne forme, il n’y a pas de traduction possible. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
J'étais sûre que tu l'avais lu avant ça, je l'ai acheté fin janvier (mais toujours pas lu ...) et je pensais que c'était après avoir lu ton billet!! Bon il m'aurait convaincue quand même :)
Répondre
S
Lu il y a peu et adoré, un grand roman, je suis d'accord avec toi !!
Répondre
V
oh oui, superbe, magnifique, édifiant!
D
Je ne l'ai toujours pas lu et pourtant il me tente beaucoup... encore plus, en lisant ton avis!<br /> Daphné
Répondre
V
tant mieux !
D
Je suivrais ton injonction :-) avec plaisir. Il m'attends.
Répondre
V
je lirai ton avis avec plaisir !
A
L'histoire de la Kabylie et des harkis est de toute façon si mal connue de notre côté de la méditerranée que même si ce roman ne ferait que la remettre dans la mémoire collective, que ce serait déjà énorme. Et si en plus, il est bon, je prends !
Répondre
V
je suis d'accord avec toi et je t'avoue que j'ai beaucoup appris! A lire, à lire!!!
K
Je n'ai pas eu ton enthousiasme pour ce roman, j'ai aimé la première partie et beaucoup moins la dernière, j'ai eu du mal à adhérer à l'histoire, aux personnages...
Répondre
V
c'est vrai? Je me suis totalement prise à cette histoire et j'ai apprécié les personnages et leurs complexités.
C
J'ai très envie de le lire depuis sa sortie celui-ci !
Répondre
V
il est magnifique !!!
M
Si l'enjeu est de mourir un peu moins con, l'argument est imparable !
Répondre
V
je sais parler aux gens :))
M
Ah ! j'avais prévu de lire plusieurs livres en lice pour le Goncourt des lycéens, et tout a été noyé dans le travail :-( C'est bien dommage car celui-ci a bien des atouts !!! Je le note pour la prochaine lecture dans ce cadre, ou hors cadre d'ailleurs !<br /> Et je profite d'un passage ici pour te dire que j'ai un problème avec "overblog", je ne peux disposer d'un lien à déposer sur mon blog. Je peux m'abonner à ta page, mais pas te placer dans le liste avec les autres "blogs amis". C'est récent mais j'ai essayé plusieurs fois et cela ne marche pas. Je suis donc obligée d'aller à la recherche de ton blog à chaque fois. C'est étrange... Saurais-tu pourquoi cela dysfonctionne ?
Répondre
V
oh zut, merci de m'en avertir, non je n'étais pas du tout au courant et je me demande comment régler ce problème... je vais creuser, merci encore! Pour l'Art de perdre, je te le conseille vraiment vraiment !!!
C
J'ai très envie de le lire, j'ai déjà aimé d'autres livres de cette auteur, et le sujet m'intéresse beaucoup !
Répondre
V
j'avais un a priori plutôt négatif sur l'auteur sans savoir pourquoi, je me suis bin trompée!
A
Un gros coup de coeur pour certains, un peu plus de réserves pour d'autres mais globalement, tout le monde s'entend pour dire que c'est un bon roman sur le sujet. A voir ce que j'en penserai. Il n'est plus dans mes urgences mais je le lirai un jour rien que pour le thème.
Répondre
V
j'ai peu de réserves à formuler et je confirme c'est un très bon roman !!
E
j'ai beaucoup aimé ce roman, il est encore très présent dans ma mémoire...
Répondre
V
oui, il imprègne l'esprit, je trouve aussi...
J
Un vrai gros coup de coeur dis donc !
Répondre
V
il est très bon, je n'ai pas grand chose à lui reprocher, chapeau l'auteur!
A
Un roman qu'il me tarde de découvrir.
Répondre
V
je viendrai lire ton avis!
M
On ne cesse de le voir passer ce roman. J'ai bien envie de le lire en tout cas. Merci pour ton avis
Répondre
V
il est vraiment formidable, je n'en attendais pas tant et j'ai été agréablement surprise.
S
Comme Manou, je suis sur la liste d'attente de la médiathèque et j'attends ce roman avec impatience.
Répondre
V
j'espère que tu n'attendras pas trop longtemps!
M
Je ne l'ai pas encore lu mais je l'ai réservé à la médiathèque ! Je crois que la liste est assez longue...Je sais qu'il va me plaire ! Merci pour ta chronique
Répondre
V
je l'ai aussi eu grâce à ma bibli... et très vite, j'ai eu de la chance! Bonne semaine, Manou!
A
Un coup de coeur aussi pour moi. Je sens que ce livre restera dans ma mémoire.
Répondre
V
tout à fait, il est marquant, des images restent que ce soit celles en France ou celles de Kabylie.
Z
Pas encore lu mais retenu à la bib
Répondre
V
c'est difficile d'attendre parfois, n'est-ce pas?
L
Tout ce que je lis et que j'entends sur ce livre me donne envie de le lire au plus vite.
Répondre