Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 22:40

 

 

              J’avais découvert l’auteur avec les fascinants Falsificateurs. Voici son dernier roman.

                Walker a tout réussi : chef d’une entreprise de transports qui n’a fait que grandir et prospérer, il est un homme d’affaires à la fois coriace et généreux. Dans son ménage, c’est sa femme Sarah qui élève leurs trois enfants mais il n’est pas absent, il emmène l’un au cours de sport, aide l’autre à faire ses devoirs, partage avec l’aîné sa passion du cinéma. Bref, il est sur tous les fronts. A quarante ans passés, cette situation ne le satisfait plus. Il aimerait avoir du temps rien que pour lui, mais, à cause de son incapacité à déléguer, il ne connaît plus ni moments futiles, ni instants légers faits de loisirs et de choix personnels. L’achat d’une résidence secondaire au bord de la mer orchestré par son épouse sera peut-être la goutte d’eau : il ne veut pas se sédentariser pour les vacances, il a besoin d’espace, de « plus de temps pour lui, sans avoir de comptes à rendre. » Face à cette angoisse d’un « avenir tout tracé », l’idée de fuir émerge doucement dans son esprit et il s’y réfugie à chaque fois qu’il est à bout. Il achète un sac à dos et ça le calme, il se procure des manuels bourrés de conseils pour disparaître et ça lui fait du bien. Il va plus loin et s’achète un téléphone prépayé, un kit de survie, un ordi portable sécurisé…  Jusqu’au moment où il décide de mettre ces rêves d’escapade en action. Il va crasher son petit avion dans les montagnes et sauter en parachute. Son plan a fonctionné, vu l’état de la carcasse du turboprop, le pilote est rapidement déclaré mort même si son cadavre demeure introuvable. Quant à Walker, il s’est blessé dans la chute, il a froid, il a faim mais il a réussi son pari, il est libre ! Evidemment, il doit se cacher quelque temps, ne pas être reconnu, de pas tenter d’avoir des nouvelles de sa famille, changer régulièrement de ville, d’apparence, oublier ses anciennes habitudes…

              Si vous comptez lire le roman, arrêtez-vous ici ; je trouve que la quatrième de couverture en dit déjà un peu trop. Un détective nommé Shepherd s’empare de l’affaire et explique à la veuve qu’il doit être sûr que Walker est mort pour faire jouer les assurances. C’est un détective brillant qui reconnaît Walker sur les caméras de surveillance d’un supermarché. Une traque infernale commence mais  nous avons affaire à deux hommes très intelligents et extrêmement rusés et ce duel les mènera loin sous l’œil de l’épouse qui sait que son homme n’est pas mort.

             Avec ce thème romanesque par excellence et l’écriture fluide de Bello, cette lecture m’a procuré beaucoup beaucoup de plaisir ! J’ai dévoré le roman en deux jours et je regrette de ne pas avoir su prolonger ce régal ! Je trouve ce genre d’histoire extrêmement excitante et j’ai, je le répète, adoré lire cette fiction. Pourtant, des défauts, on peut en trouver en pagaille et j’avoue avoir été surprise de trouver un ton finalement si léger par rapport au roman Les Falsificateurs qui semblaient si bien documenté, tellement étoffé. Sans rien connaître de Bello, on pourrait même imaginer que L’homme qui s’envola est une œuvre de jeunesse, une sorte de brouillon maladroit de la série qui suivrait. Le roman est truffé d’incohérences et d’invraisemblances : Walker adore ses enfants mais il est prêt à les quitter pour toujours sans plus jamais avoir un seul contact avec eux. Les personnages sont souvent caricaturaux, la fin peu crédible. Et d’ailleurs, être richissime, adulte et intelligent et choisir une vie de quasi mendiant toujours traqué, est-ce crédible ? Et puis, est-ce si difficile de vivre dans l’anonymat le plus complet sans se faire repérer par un détective ? Là aussi, je doute. Quand Walker commet une erreur, c’est l’erreur la plus grossière, la plus visible, la plus flagrante. J’ose espérer que tous ces éléments faisaient partie des choix de l’auteur, d’offrir à un lectorat plus large, une lecture divertissante et attrayante. J’ai été bon public mais je m’en vais lire Les Eclaireurs, la suite des Falsificateurs pour me remplir un peu plus la panse…

« Bonne journée, très bonne journée même. Je crois n’avoir commis aucune erreur. Quitté ma tanière à 3 heures du matin. Elle ne me manquera pas. Les dernières nuits étaient glaciales, je n’aurais pas pu tenir beaucoup plus longtemps. Je suis arrivé à Las Vegas à l’aube. Attendu l’ouverture du Safeway où j’ai rempli mon caddie en un temps record, sans lever la tête. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

keisha 28/10/2017 15:56

Un roman distrayant et qu'on ne lâche pas. D'accord avec tes bémols sur la quatrième de couverture

Violette 02/11/2017 12:29

je lis rarement la quatrième de couverture avant d'avoir fini le roman!

Noukette 26/10/2017 19:19

Je me suis totalement régalée avec ce roman ! Mais comme toi il va falloir que je lise la suite des falsificateurs ! <3

Violette 02/11/2017 12:30

on est ex-aequo alors:)

maggie 24/10/2017 13:15

J'ai plusieurs livres de cet auteur dans ma PAL mais je ne pense pas rajouter celui-là. Je trouve l'histoire un peu vaine

Violette 02/11/2017 12:30

c'est drôle et finalement captivant, enfin, ça l'a été pour moi !

Corentine 23/10/2017 08:52

Je ne connaissais pas cet auteur. J'aime bien l'idée de départ du livre, pas forcément très originale mais la suite promet. Je me laisserai peut-être tenter.

Violette 02/11/2017 12:31

en cas de panne de lecture, c'est parfait!

luocine 22/10/2017 19:56

j'aime beaucoup cet auteur il me fait plaisir avec ses histoires qui m'emportent le temps de la lecture.

Violette 22/10/2017 23:28

je suis tout à fait d'accord ave toi, un vrai romancier qui nous fait rêver!

MTG 22/10/2017 16:46

C'est drôle, mais en lisant le crash de l'avion, au début d eta chronique, je me disais que c'est pas crédible, et que ce sujet de la fuite à 40 ans est tellement banal que...
Et puis, au final, il al'air quand même bien ce livre...pour le suspens et l'addiction à l'histoire...

Violette 22/10/2017 23:29

oui, c'est tout à fait ça et puis, tout le monde a rêvé un jour de disparaître. Le moyen, qu'il soit crédible ou non, importe peu. "L'après" est intéressant...

Nad 22/10/2017 02:36

Toujours pas lu Antoine Bello, depuis le temps qu'il me tente en plus! Mais je lirai d'abord Les Falsificateurs...
Bises et bon dimanche Violette

Violette 22/10/2017 16:25

Bon dimanche à toi aussi !!! Ici, il pleut!

krol 21/10/2017 13:50

Ce n'est pas son meilleur, je pense !

Violette 22/10/2017 16:26

c'est sûr mais je me suis quand même bien amusée à le lire!

A_girl_from_earth 21/10/2017 01:24

Bello c'est un de mes auteurs chouchou ! Sûre et certain que je lirai son petit dernier, du coup je reviendrai te lire quand je l'aurai fini.;-)

Violette 21/10/2017 13:53

et je lirai ton billet, avec grand plaisir! Curieuse de savoir ce que tu penses de son style pour ce roman-ci!

Delphine-Olympe 20/10/2017 19:07

Pas totalement sûre de le lire, celui-là...

Violette 21/10/2017 13:52

il faut aimer les romans d'aventures ;)

Eve-Yeshé 20/10/2017 13:43

je pense que je commencerai plutôt par "Les falsificateurs" que j'avais déjà noté après avoir lu ta critique ...

Violette 21/10/2017 13:52

L'homme qui s'envola est plus accessible, moins long et plus romanesque. Les Falsificateurs est un roman plus dense et plus fouillé. A toi de voir!

Mimi 20/10/2017 12:06

Tu me tentes bien avec ce titre et c’est vrai que parfois on aimerait disparaître... un peu !

Violette 21/10/2017 13:51

ah oui, moi j'aimerais parfois! ça ne dure pas longtemps, heureusement !

Alex-Mot-à-Mots 20/10/2017 11:44

Un auteur que j'aime beaucoup lire. Merci pour ce billet tentateur.

Violette 21/10/2017 13:51

je serais curieuse de lire ton avis !

Kathel 20/10/2017 11:35

Pourquoi pas si je le trouve à la bibliothèque... je ne suis pas une fan absolue de l'auteur, mais j'ai bien aimé Ada.

Violette 20/10/2017 18:23

je n'ai lu que Les Falsificateurs avant celui-là.

Margotte 20/10/2017 09:01

Décidément, en ce moment, il y a du monde dans la forêt. Entre Darrieussecq et ses clones réfugiés sous les feuilles, Morrachini et sa fuite du monde, sans compter tous les autres, on ne va même plus être tranquille dans les bois ;-) Il me tente bien ce roman, malgré les bémols de ton billet !

Violette 20/10/2017 11:15

:)) Une lecture que j'ai trouvée pleinement rassasiante, assez jubilatoire malgré ses défauts! Mais "foutre le camp" a toujours été un thème qui m'a plu :)

Emma 20/10/2017 06:06

J'adore ses livres, mais je ne suis pas tentée par celui-ci, tu n'es pas la première à émettre des bémols.