Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 10:51

 

 

            Ce roman, c’était mon livre culte de la fin de mon adolescence, ma référence, mon classique préféré. Cela fait des années que je voulais le relire, j’ai profité de l’été pour le faire enfin.

            Bernard, sur le point de passer son bac, découvre qu’il n’est pas le fils de celui qui se faisait passer pour son père. Il fuit la maison familiale et trouve refuge chez son ami, Olivier, qui, suite à cet instant de bravoure, l’admire encore plus qu’auparavant. L’oncle Edouard entre en scène, entiché de son neveu Olivier, il égare une valise qui contient son journal que nous lisons en même temps que Bernard. L’adolescent en quête de sous et d’aventures, devient le secrétaire d’Edouard. Olivier, pour ne pas être en reste, se rapproche du comte de Passavant, écrivain à la mode, hautain et influençable. Des personnages secondaires se croisent, s’aiment et se disputent pour mieux offrir un tableau de la jeunesse des années 20. C’est aussi une intéressante réflexion sur l’écriture, sur l’amitié et l’homosexualité (pourtant évoquée de manière très implicite !). La mise en abyme, les interventions du narrateur omniscient, la multiplicité des personnages et leur évolution font évidemment de ce roman un Grand Roman !

            J’ai retrouvé un peu de cette fougue adolescente faite d’insolences, d’espoirs, de fraudes, d’envolées lyriques qui m’avaient tant plu il y a (déjà !!!) une vingtaine d’années mais je dois bien admettre que je n’ai pas éprouvé la même passion qu’au temps où j’avais l’âge de Bernard et Olivier. Je suis tout de même satisfaite de ma lecture qui m’a fait revenir quelques années en arrière tout en sachant que je n’y reviendrai pas.

 

« Les préjugés sont les pilotis de la civilisation. »

« Tout ce qui n’est créé que par la seule intelligence est faux. »

Le personnage de Pauline, mère d’Olivier m’a touchée plus qu’il y a vingt ans : « Vous rendez-vous compte de ce que devient ma vie ? J’ai restreint mon bonheur ; d’année en année, j’ai dû en rabattre ; une à une, j’ai raccourci mes espérances. J’ai cédé ; j’ai toléré ; j’ai feint de ne pas comprendre, de ne pas voir… Mais enfin, on se raccroche à quelque chose ; et quand encore ce peu vous échappe !… Le soir, il vient travailler près de moi, sous la lampe ; quand parfois il lève la tête de dessus son livre, ce n’est pas de l’affection que je rencontre dans son regard ; c’est du défi. J’ai si peu mérité cela… Il me semble parfois brusquement que tout mon amour pour lui tourne en haine ; et je voudrais n’avoir jamais eu d’enfants. »

… ou encore : « Mais, mon ami, vous savez bien qu’il n’y a rien de tel pour s’éterniser, que les situations fausses. C’est affaire à vous, romanciers, de chercher à les résoudre. Dans la vie, rien ne se résout ; tout continue. On demeure dans l’incertitude ; et on restera jusqu’à la fin sans savoir à quoi s’en tenir ; en attendant, la vie continue, tout comme si de rien n’était. Et de cela aussi on prend son parti ; comme de tout le reste… comme de tout. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edyta 15/09/2017 09:42

Je l'ai lu il y a des années pendant mes études et j'en garde un bon souvenir.

maggie 05/09/2017 19:08

Je l'ai relu récemment et j'ai beaucoup aimé la construction du roman !

Violette 06/09/2017 10:37

c'est sûr que c'est du grand art mais je n'ai pas ressenti le même engouement que lorsque j'étais ado.

Claudialucia Ma librairie 31/08/2017 21:48

Moi aussi, j'avais aimé ce livre quand j'étais jeune mais je me demande effectivement si ce serait toujours le cas si longtemps après. En fait, je me rends compte que je ne m'en souviens guère !
Comme toi j'ai remarqué que nos lectures résonnent différemment selon notre âge. C'est sûr qu'une ado se sent moins concernée par le personnage de la mère; elle n'a pas encore éprouvé ce sentiment de consternation et de tristesse devant un enfant agressif et peu aimant !

Violette 02/09/2017 10:14

c'est ça! et l'ado que j'étais étais fascinée par la dimension survoltée et illicite du comportement des jeunes du roman... Bon, heureusement qu'on évolue:) !

Margotte 29/08/2017 09:28

Je suis justement en train de le relire. Et plus je le lis, et plus je l'apprécie ;-)

Violette 29/08/2017 16:56

ah super!!! :)

galéa 27/08/2017 07:55

Je veux absolument le lire depuis longtemps, donc forcément ce sera une première lecture à l'âge mûr (OMG), moi mon livre culte à 17 ans c'était Aurélien d'Aragon et je n'ai jamais réussi à me replonger dedans de peur d'être archi déçu....Et ton billet me conforte dans mon choix.
Mais ce Gide là (j'avais bien aimé la symphonie pastorale) sera mon classique d'avant Noël

Violette 29/08/2017 16:57

eh bien tu vois, je n'ai jamais lu Aurélien et tu m'as forcément donné envie! ;)

krol 24/08/2017 14:06

J'ai fait la même expérience avec Le grand Meaulnes que j'avais adoré à l'adolescence et que je n'ai pas retrouvé avec le même plaisir à l'age adulte avancé... Il fut un temps où j'aimais beaucoup lire Gide....

Violette 24/08/2017 19:29

eh ben tiens, pour moi, Le Grand Meaulnes, c'est l'inverse, je n'avais pas spécialement aimé ado et je l'ai relu il y a quelques années, je l'ai trouvé bien sympa!

mjo 23/08/2017 20:00

Quelques commentaires sur ce billet me font penser à Marc Twain qui disait : " un classique est quelque chose que tout le monde voudrait avoir lu et que personne ne veut lire". C'est mon cas pour Proust par exemple.

Violette 24/08/2017 19:30

:)) pas mal, je ne connaissais pas cette citation! Je n'irais pas jusque là mais bien sûr qu'on a tous nos lacunes en classiques.

Lilly 23/08/2017 10:35

J'avais adoré ce livre alors que "La symphonie pastorale" m'avait plutôt ennuyée. Depuis, je me suis promis de relire Gide sans le faire pour autant et je relirais bien celui-ci. Je n'avais pas trouvé cela vieillot ni trop adolescent (j'étais plus âgée que les personnages, bien qu'encore étudiante).

Violette 23/08/2017 18:14

relis-le alors, j'aimerais connaître ton avis!

Moka 23/08/2017 10:28

Il est beau ton article. Et ce classique fait encore partie des œuvres que je dois découvrir...

Violette 23/08/2017 18:14

merci :)

L'Irrégulière 23/08/2017 09:51

Oh làlà, il faudrait que je le relise... Je l'avais étudié en khâgne, c'était passionnant !

Violette 23/08/2017 18:15

ah l'étudier, je n'ai jamais fait, et ça me botterait !

A_girl_from_earth 22/08/2017 23:21

Ça fait partie d'un des grands classiques que j'aimerais lire un jour. Bon, j'ai raté le cap à l'adolescence, les années ont passé, j'espère que ce livre me parlera aujourd'hui...

Violette 23/08/2017 18:17

il y aura l'attrait de la nouveauté! Ce roman recèle de nombreux passages savoureux, je te fais confiance pour aimer!

Tiphanie 22/08/2017 22:49

Comme toi ce roan c'est l'une de mes grandes rencontres littéraires à l'adolescence! Mais ton illet me prouve que mes souvenirs sont très lointains. Je suis partagée entre l'idée de le relire, ou celle de conserver les imoressions qu'il m'avait laissé.

Violette 23/08/2017 18:16

je ne regrette pas cette relecture mais je vois ce roman d'un autre œil... sans la passion des débuts:)

Ariane 22/08/2017 22:08

C'est toujours un peu étrange de relire des années plus tard un roman qui nous a marqué, particulièrement une lecture de jeunesse.

Violette 23/08/2017 18:15

oui, ma vision a été totalement différente d'il y a 20 ans!

dasola 22/08/2017 20:08

Bonsoir Violette, et encore un classique qu'il faut que je découvre. Bonne soirée.

Violette 22/08/2017 21:24

j'ai aussi une liste de classiques non lus, ne t'inquiète pas!

Céline 22/08/2017 19:25

Aussi un classique adoré dans ma jeunesse ! Je n'en lis presque plus maintenant, je devrais prendre le temps de les (re)découvrir !

Violette 22/08/2017 21:24

j'essaye d'en lire ou relire mais on se laisse vite happer par les nouveautés, c'est vrai!

Noukette 22/08/2017 17:16

Lu pendant mes années prépa... je dois avouer qu'il ne m'en reste pas grand chose ! :-D

Violette 22/08/2017 21:25

j'en ai oubliés bien d'autres de mon côté :)

manou 22/08/2017 15:45

J'aurais bien besoin de le relire Gide moi aussi mais je n'ai pas ton courage pour (re)lire des classiques pendant l'été...c'est plutôt en hiver que j'en ai envie. Chez moi, il fait beaucoup trop chaud ! Je crois qu'il faut avoir une certaine maturité pour apprécier Gide et qu'en règle générale nous avons lu certains auteurs beaucoup trop tôt mais sans doute ces lectures ont-elles contribué à nous faire grandir, à nous ouvrir sur le monde.

Violette 22/08/2017 21:26

Disons que j'ai lu ce roman avec un autre regard qu'aujourd'hui. Il fait si chaud que ça chez toi? Je suis très frileuse mais ici, dans l'Est, je sors chaussettes et pull dès 18h :((

Luocine 22/08/2017 14:03

j'ai toujours été surprise du succès de Gide , dont j'aime parfois les chroniques mais pas beaucoup les romans. "La symphonie pastorale" me semble d'un cucul achevé. Mais j'ai lu ses livres à l'adolescence trop tôt sans doute et il y a si longtemps maintenant.

Violette 22/08/2017 21:28

je t'avoue que je m'étonne d'avoir tant aimé ado! ça m'a parlé:) Tu n'as pas tort, une partie de l'œuvre de Gide a vieilli... mal vieilli!

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages