Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 09:36

 

 

Résultat de recherche d'images pour "six fourmis blanches collette denoel"

 

          Dans Un vent de cendres, j’avais déjà trouvé l’ambiance singulière et la tension omniprésente. C’était sans compter ce roman-ci, glacial et glaçant.

          Lou et son compagnon Elias, citadins et plutôt casaniers, ont gagné un séjour insolite : un trekking dans les montagnes albanaises. Dans un groupe de six touristes, ils vont gravir des monts, marcher dans la neige, camper dans ces tentes qui s’ouvrent en un clin d’œil, porter leurs repas sur le dos, bref, vivre à la dure l’espace de trois jours. Leur guide, Vigan, inspire confiance car il connaît la montagne par cœur. Oui, mais la météo peut révéler de sacrées surprises et une tempête de neige qui provoque des avalanches va retarder puis paralyser le groupe. Angoisses, blessures, froid intense, faim, fatigue et … spectre de la mort vont tétaniser Lou et ses compagnons de route.

           En parallèle, on découvre le métier ancestral de sacrificateur. En effet, Mathias, pour conjurer le mauvais sort, est payé pour jeter une chèvre (choisie consciencieusement grâce aux osselets) du haut de la montagne. Cette croyance, chez les Albanais, a la vie dure, et Carche, le magnat du coin, assure que son petit-fils a le même don que Mathias. Oui mais Mathias aime être seul, et quand le petit-fils en question s’avère être un dangereux dément, l’un des deux doit disparaître…

         Entre course-poursuite par -15 et survie dans un univers des plus hostiles, les humains sont comparables à de minuscules fourmis, tout aussi frêles et vulnérables. Que de blanc, que de froid ! Le suspens constitue le maître-mot de ce roman, il fonctionne à plein régime ; l’écriture est efficace et le contexte effarant. Voilà un excellent page-turner à déconseiller aux amateurs de montagne qui risquent den plus vouloir jamais y retourner !

« Six fourmis blanches avancent dans la neige et la glace, leurs silhouettes détachées comme celles des nomades sur les dunes du désert. Dieu, ce que j’aimerais cuire sous un soleil de plomb ; au lieu de quoi nous nous débattons toujours dans un brouillard poisseux en tremblant de fatigue. J’ai l’impression que cela fait des jours, des semaines que je marche. Des semaines que je franchis des cols entre Marc devant et Elias derrière moi , sans rien manger et sans rien boire, m’approchant du ciel, des cieux, de l’espace où ma conscience se perd. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonsoir,<br /> Nous sommes des lectrices proches je l ai lu il y a peu de temps et aussi chanson douce <br /> Et je me retrouve dans tes avis <br /> Bisous
Répondre
B
Quand je pense que je n'ai toujours rien lu de cet auteur..... Il faut vraiment que je m'y mette.<br /> Bonne journée.
Répondre
C
J'avais beaucoup aimé cette lecture, glaciale à souhait. La fin m'avait un peu moins convaincue par contre.
Répondre
V
je l'ai appréciée tout de même !
N
Bon et bien moi il n'y a rien que j'aime tant que la neige et une tente ouverte sur la neige avec un bon sleeping bag!<br /> La tourmente vécue par ce trekking, beaucoup moins en revanche! ^^<br /> Voilà une auteure que j'ai envie de découvrir depuis tellement longtemps...<br /> Bonne soirée Violette!
Répondre
V
moi j'adore la canicule et ne me sens bien qu'à partir de 28 degrés!!! Mais j'ai tout de même supporté le froid de ce roman :) <br /> Bonne fin de semaine !
A
Moi qui n'aime pas particulièrement la montagne, j'avais beaucoup aimé cette lecture.
Répondre
V
le grand froid ne m'attire pas du tout !
D
Bonsoir Violette, je ne me suis pas encore remise de "Des noeuds d'acier" donc je ne précipiterai pas pour lire ce roman surtout après ce que tu en écris. Je suis sûre que c'est bien. Bonne soirée.
Répondre
V
C'est sûr qu'il faut avoir le cœur bien accroché! Paradoxalement, ce genre de lecture arrive à me détendre (parfois, pas toujours). Bonne journée!
P
Tu restes dans les fourmis?<br /> Encore rien lu de cette auteure que je vois peu en librairie et beaucoup sur les blogs !
Répondre
V
peut-être deviendrai-je myrmécophile? ! :)
H
Ce roman m'a angoissée, je ne l'ai même pas terminé ! quelle horreur !
Répondre
V
c'est vrai, à ce point? J'ai horreur du froid et pourtant, j'ai apprécié la lecture (je n'y étais pas dans ces montagnes!)
V
Tu ne ferais pas une petite fixation sur les fourmis en ce moment?
Répondre
V
je n'avais pas fait attention, c'est drôle hein?
L
En fat j'ai eu la chance de souper avec elle à Lyon l'année dernière à l'occasion des Quais du Polar avec quelques autres passionnés. C'est quel'un d'une extrême gentillesse et plein d'humour! d'ailleurs tu as du mal à croire que cette personne si adorable est celle qui a écrit ces romans aussi sombres !! j'espère que tu auras la chance de la croiser un jour tu en garderas j'en suis sûr un très bon souvenir ! ;)
Répondre
V
super, quelle chance tu as eue! Non les auteurs de polars ne se promènent pas tous en imper sombre, ils ne sont pas tous alcooliques et timbrés! :)) Merci pour ton témoignage en tous cas!
L
tiens, je réalise à la lecture de ta chronique que je n'ai pas lu celui ci ! pourtant j'aime beaucoup Sandrine Colette qui est en plus une personne très attachante. voilà une piqûre de rappel salvatrice ! :)
Répondre
V
tant mieux! Je n'ai jamais rencontré Sandrine Collette mais ça fait toujours plaisir de savoir qu'un auteur est accessible et sympathique!
E
Je l'ai lu il y a peu, j'ai beaucoup aimé aussi, sur les trois lus car je les lis dans l'ordre de parution, pour l'instant mon préféré est Un vent de cendres.
Répondre
V
Je crois que j'ai préféré celui-ci!
Z
Je sais que je le lirai
Répondre
V
un très bon polar!
Y
Excellent ce roman, c'est celui avec le quel j'ai découvert Sandrine Collette. Puisque tu es dans une série des fourmis, je te signale Trois fourmis en file indienne de Olivier Gay ;)
Répondre
V
je viens de remarquer qu'il n'y avait que des fourmis!!! à creuser:)
A
Je ne connaissais pas du tout cette auteure mais la thématique me parle bien, cette vision des hommes comme fourmis dans l'immensité de la nature, sans parler du côté page-turner, en plus ça me donnerait l'occasion d'un saut livresque dans les montagnes albanaises. Et puis cette couverture, superbe !
Répondre
V
ne crains ni le froid ni la neige. Je n'aime pas le froid, c'est d'autant plus enivrant de lire ce bouquin dans sur son canapé avec un bon mug de thé!
K
Je n'ai jamais lu cette auteure, et pourtant je vois régulièrement des livres d'elle sur les blogs.
Répondre
V
Elle a un truc en plus, ses polars sont assez originaux.
L
J'imagine bien l'angoisse. La montagne m'impressionne toujours et l'Albanie est un pays qui n'est guère accueillant.
Répondre
V
rajoute à cela froid, neige et glace,... le cauchemar est à son comble!