Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 14:19

 

Afficher l'image d'origine

 

           Un bébé est retrouvé mort. Sa sœur, une petite fille, agonise à ses côtés, près de la commode bleue. L’incipit commence très fort et nous emporte dans le long déroulement explicatif de cette tragédie.

            Paul et Myriam forment un jeune couple heureux. Les deux premiers enfants sont arrivés très vite, la maman a voulu rester à la maison pour s’en occuper, jusqu’au moment où elle a craqué : elle a besoin d’une vie à elle, d’occupations et de conversations adultes, de retrouver le droit qu’elle chérissait tant lors de ses études. A la recherche d’une nounou, le couple tombe sur la perle rare : Louise est tout simplement parfaite ! Non seulement elle fait preuve d’une patience redoutable face aux deux petits, elle sait chanter et raconter des histoires comme personne, mais en plus, elle rend le petit appart parisien plus agréable en rangeant, en réaménageant, en cuisinant de petits plats excellents. Très vite, Myriam et Paul ne peuvent plus se passer de cette baby-sitter hors pair. Elle viendra passer quelques nuits chez eux pour les dépanner et ira même jusqu’à les accompagner en vacances pour les soulager.

            La personnalité de Louise nous est dévoilée subrepticement et progressivement. Cette jeune femme aux allures d’ange, «cette nounou irréelle, qui a jailli d’un livre pour enfants » ne vit que pour la famille, par la famille. Sa vie privée, elle l’a balayée, déçue par ses parents, son mari, sa propre fille ; en revanche, elle s’attache à rendre l’éducation des enfants qu’elle garde irréprochable. Pourtant, elle accepte mal qu’on jette la nourriture, elle ne comprend pas que Myriam ne fasse pas un troisième enfant qui ne serait rien qu’à elle…

           J’ai adoré cette lecture, addictive, facile et fascinante. Ce thriller psychologique est impeccable dans le traitement des personnages, dans son intrigue simple mais déroutante, même dans sa réflexion sur la société et la connaissance de l’humain. Le style sec et sans fioritures sied à cet être aride et mystérieux qu’est Louise. Malgré tout, j’ai lu un excellent thriller psychologique qui, me semble, ressemble à d’autres dans le même genre qui, eux, n’ont pas obtenu le prix Goncourt (Les Apparences de Gillian Flynn, Esprit d’hiver de Laura Kasischke, L'Amour et les forêts d'Éric Reinhardt ou encore Un vent de cendres de Sandrine Collette)…

 

 

 

La dure réalité (pour toutes les mères !) : « Elle a toujours refusé l’idée que ses enfants puissent être une entrave à sa réussite, à sa liberté. Comme une ancre qui entraîne vers le fond, qui tire le visage du noyé dans la boue. Cette prise de conscience l’a plongé au début dans une profonde tristesse. Elle trouvait cela injuste, terriblement frustrant. Elle s’était rendu compte qu’elle ne pourrait plus jamais vivre sans avoir le sentiment d’être incomplète, de faire mal les choses, de sacrifier un pan de sa vie au profit de l’autre. »

« Les préparatifs pour l’anniversaire de Mila ont pris des proportions qui dépassent Myriam. Depuis deux semaines, Louise ne parle que de ça. Le soir, quand Myriam rentre épuisée du travail, Louise lui montre les guirlandes qu’elle a confectionnées elle-même. Elle lui décrit avec une voix hystérique cette robe en taffetas qu’elle a trouvée dans une boutique et qui, elle en est certaine, rendra Mila folle de joie. Plusieurs fois, Myriam a dû se retenir de la rabrouer. Elle est fatiguée de ces préoccupations ridicules. Mila est si petite ! Elle ne voit pas l’intérêt de se mettre dans des états pareils. Mais Louise la fixe, de ses petits yeux écarquillés. Elle prend à témoin Mila qui exulte de bonheur. C’est tout ce qui compte, le plaisir de cette princesse, la féerie de l’anniversaire à venir. Myriam ravale ses sarcasmes. Elle se sent un peu prise en faute et finit par promettre qu’elle fera de son mieux pour assister à l’anniversaire. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nad 17/03/2017 17:33

Un roman que j'ai évidemment énormément vu passer. Parfois j'ai du mal avec les romans qui abordent la mort d'un enfant, c'est mon côté mère trop sensible, j'en dors mal la nuit.
Mais en revanche, je suis bien intriguée par le portrait psychologique de cette nounou. Ça c'est mon côté psy, on ne se refait pas. Cordonnier mal chaussé!

Hélène 13/03/2017 08:38

J'avoue avoir été dérangée par ce roman !

Violette 14/03/2017 21:10

ah oui, moi aussi! Il est assez bien fichu pour provoquer de vives réactions !

Anis 12/03/2017 18:01

Je suis en train de le lire et je ressens exactement les mêmes choses que toi à la lecture !

Violette 12/03/2017 20:16

tope là !

Yuko 12/03/2017 10:51

Je n'avais pas fait le lien avec l'amour et les forêts qui m'avais semblé plus âpre encore que Chanson douce...

Violette 12/03/2017 20:17

Manipulation et tyrannie dans les deux cas. Et tu vois, je trouve L'amour et les forêts bien un cran au-dessus.

Edyta 12/03/2017 09:52

Toujours pas lu ce dernier Goncourt mais à force de lire les critiques, j'ai l'impression de connaître l'histoire sans l'avoir lu, il me reste à découvrir l'écriture de Leïla Slimani.

Violette 12/03/2017 20:18

tu as raison, on savait tous de quoi ça parlait avant de le lire! Il est vraiment très prenant.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages