Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 12:10

 

Afficher l'image d'origine

       

 

             Il me tardait de découvrir cet auteur et de vérifier ses qualités tant vantées par certains.

            Dans un recueil de trois nouvelles, Marcus Malte évoque l’enfance et l’adolescence :

            Dans « Le Fils de l’étoile », le narrateur revient sur ses souvenirs : enfant, Mestrel, se retrouve envoyé par ses parents en colonie de vacances. Il déteste ça car il y est raillé et humilié à la fois par les autres enfants mais aussi par les moniteurs… jusqu’au jour où il est fait la connaissance de François. François lui assurera protection et amitié. Lorsque Bénardier qui s’était vertement moqué de Mestrel, mourra empoisonné par des champignons, le garçon ne se méfiera pas. Lorsque, l’été suivant, la mono qui se foutait de Mestrel disparaît avant de se retrouver au fond d’un puits, Mestrel s’interroge.

            Dans « Des noms de fleurs », quatre amis qui se sont donné des surnoms de fleurs, luttent à leur manière pour l’écologie et la sauvegarde de la planète. Ils décident, simplement, d’offrir leur vie à leur combat. Nous assistons à leurs dernières minutes de vie.

Dans la dernière nouvelle intitulée « Le père à Francis », c’est par la voix d’un gamin de banlieue marseillaise qu’on découvre la vie d’un homme extraordinaire qui s’est battu pour que des gamins se retrouvent autour du foot. Ou comment décrire les aspects les plus positifs d’un sport fédérateur et salvateur…

             A travers ces trois textes, c’est le pouvoir de la jeunesse qui est mis en lumière : une jeunesse dont il faut se méfier, une jeunesse bien plus forte et reconnaissante qu’il n’y paraît, une jeunesse courageuse. Au service de ce thème commun une langue magnifique, élégante, puissante. Elle traduit parfaitement la rencontre entre des forces antinomiques : la vie et la mort, le sublime et le grotesque, le trivial et le rare. Comme je suis contente d’avoir découvert cet auteur !

 

Première nouvelle : François est l’ange gardien de Mestrel : « Ce qui, pour moi, aurait dû être un véritable calvaire, fut un véritable bonheur. J’étais grisé. La tête m’en tournait. François courait à mes côtés et on pouvait voir sur nos deux visages la même expression d’ivresse radieuse ; Ni le vent ni la pluie qui nous cinglaient ne pouvaient rien contre ça. Notre joie grondait plus fort que le tonnerre. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nadège 17/01/2017 10:26

Il faut que je découvre cet auteur, absolument!!

Lili 14/01/2017 16:17

Je suis justement en train de lire "Le garçon" que je trouve également excellent ! Je note ces nouvelles pour poursuivre le voyage !

Violette 15/01/2017 16:03

je vais essayer de lire d'autres titres de l'auteur.

Nad 12/01/2017 21:44

J'ai entendu de très beaux avis concernant l'œuvre de cet auteur. L'adolescence est une période de vie fascinante. On y retrouve le courage de se définir. C'est déjà beaucoup...
Il me fait bien envie ce roman.
Bises

Violette 13/01/2017 23:44

c'est une chance si on arrive à se définir à l'adolescence déjà :) Bon week-end !

Yv 12/01/2017 16:32

Je ne connais pas ce titre, mais ce que j'ai lu de Marcus Malte est toujours très bien, maîtrisé même et surtout lorsque c'est tortueux

Violette 12/01/2017 19:20

j'ai été impressionnée, je pense déjà à ma prochaine lecture...

Emma 12/01/2017 10:52

Des nouvelles, pourquoi pas ?

Violette 12/01/2017 19:21

n'est-ce pas? elles sont assez longues.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages