Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 15:39

 

      Afficher l'image d'origine

   

           Après la mort de Mankell, il y a maintenant plus d’un an, j’ai eu du mal à retourner le lire. Là, retrouver mon auteur de polars préféré était devenu un besoin.

          Un policier de 37 ans, Stefan Lindman, est à un tournant de sa vie : il apprend qu’il a un cancer. Au même moment, il découvre qu’un de ses anciens collègues, Herbert Molin, est retrouvé mort dans des circonstances terrifiantes. Parce qu’il faut bien qu’il s’occupe pendant son arrêt maladie, Stefan décide d’aller rejoindre la scène du meurtre, à l’autre bout de la Suède. Bon gré mal gré, les enquêteurs de la province du Härjedalen l’intègrent à l’affaire. En parallèle, comme le lecteur en sait toujours un peu plus que les protagonistes chez Mankell, on suit cet Argentin venu en Suède pour accomplir une vengeance qu’il souhaite depuis la Seconde guerre mondiale. Car Herbert Molin était un nazi qui a soutenu Hitler et a continué à alimenter ses théories.

            Vont entrer en scène : la fille de la victime belle à faire perdre la tête à ses interlocuteurs, un voisin trop curieux qui ne va pas survivre longtemps, la petite amie de Stefan qui ne comprendra pas cet engouement pour une enquête si lointaine et  … des nazis à la pelle !

            Il est bien étrange de lire un policier de Mankell sans que Kurt Wallander soit présent. Pourtant, Stefan est une sorte de fils spirituel : mêmes ronchonnements, même vision sceptique de l’existence. Le style harmonieux de Mankell, son imagination débordante, sa passion pour la précision, pour le détail juste, m’impressionneront toujours. Bien plus qu’un roman policier, le livre réfléchit, s’interroge, respire, sent, vit ! Oui, fan je suis, fan je resterai. Il me reste encore quelques lectures à savourer.

Que va faire Stefan en attendant sa radiothérapie ? « Il avait presque fait le choix de Majorque, quand la pensée de Molin vint le hanter. Soudain, sa décision fut prise. Il n’allait pas se rendre à Majorque. Là-bas, il ne ferait qu’errer sous le soleil en ruminant les événements précédant son départ et ceux qui le guettaient après son retour. Dans le Härjedalen, sa solitude ne serait pas moindre, puisqu’il ne connaissait personne là-bas. Mais au moins son activité serait sans lien avec sa propre personne. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Syl. 20/01/2017 16:13

Comme je comprends ! J'aimerais bien le reprendre aussi... il me reste certains Wallander à lire.

Violette 20/01/2017 16:36

c'est toujours un bonheur, je n'ai jamais été déçue, jamais!

Nad 08/01/2017 22:32

J'ai tant aimé "Les chaussures italiennes". C'était un grand écrivain, que je me suis promise de retrouver cette année, avec un titre ou l'autre. Un à me suggérer?

Violette 09/01/2017 19:27

Tu veux des polars? Les Chiens de Riga et toute la série Wallander. En non polars, je n'ai lu que Comédia Infantil que j'ai quand même moins aimé que Les chaussures italiennes (dont il existe une suite!)

Ankya 08/01/2017 10:41

Dois-je l'avouer ? Je n'ai jamais lu Mankell.... non pas parce que ça ne me tente pas, mais je n'en ai jamais eu l'occasion. A essayer donc !

Violette 08/01/2017 19:05

Il a écrit des polars en masse mais aussi des non-polars qui sont tout aussi excellents. L'Afrique est très présente, souvent. Je ne peux que t'encourager à le lire!!!

Margotte 06/01/2017 10:22

Un de mes préférés de cet auteur ! et un des meilleurs je trouve...

Violette 06/01/2017 14:41

Oh je n'en suis pas si sûre :) La Lionne blanche, Les chiens de Riga (mon 1er de l'auteur !) et tant d'autres. Bon, je suis fan ! :)

Alex-Mot-à-Mots 05/01/2017 15:53

Le titre est pourtant charmant, ma la couverture annonce la couleur d'entrée de jeu.

Violette 05/01/2017 17:30

c'est ça. Rien de charmant ni d'adorable dans les polars de Mankell mais rien de traumatisant non plus, je trouve.

Yv 04/01/2017 17:01

J'avais bien aimé ce polar même sans Kurt Wallander. Mankell sait y faire

Violette 04/01/2017 18:51

c'est mon idole!

Moka 03/01/2017 19:31

2017 sera-t-elle l'année où je lirai un polar? Suspense.

Violette 03/01/2017 23:13

c'est vrai, tu en es là? (je ne rajoute pas "oh ma pauvre", mais je le pense) ^^

niki 03/01/2017 18:13

lu et beaucoup apprécié

Violette 03/01/2017 23:13

:))

Luocine 03/01/2017 17:01

J'ai beaucoup aimé "les chaussures italiennes" depuis je n'ai rien lu de cet auteur mais je sais que j'ai tort.

Violette 03/01/2017 17:54

Il me reste très peu de polars à lire de lui mais des non-polars, oui, je vais les déguster!

mjo 03/01/2017 16:55

Je commence mal l'année, tu remarqueras que je mêle Barthes à Mankell.
Le titre exact est donc "Sable mouvant.: Fragments de ma vie" de Henning Mankell (2015).

Violette 03/01/2017 17:55

c'est rigolo cette confusion ! Tu sais quoi : je lirai tout de Mankell et j'espère vraiment y arriver! Merci pour ce conseil ;)

mjo 03/01/2017 16:50

C'est également un de mes auteurs préférés et "les chaussures italiennes" est un livre que j'ai offert à la pelle.
Je te conseille vivement "Sable mouvant, fragments d'un discours de ma vie" qui devrait te plaire. C'est un journal de bord qu'il a écrit quand il était en traitement, peu avant sa mort.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages