Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 09:37

Afficher l'image d'origine

 

             De Jean Echenoz, j’avais plutôt gardé un mauvais ancien souvenir de Je m’en vais, lu à sa sortie (donc il y a longtemps, en 1999). Mon appréhension s’est muée en intérêt avec Courir que j’avais beaucoup aimé mais avec ce roman surprenant et foisonnant, cet écrivain remonte en flèche dans mon estime, pour atteindre des sommets !

             Constance se fait enlever en douceur, au coin discret d’une rue parisienne, par trois hommes dont un qui l’attire beaucoup. Sans la maltraiter, les ravisseurs l’emmènent dans la Creuse, lui fournissant nourriture et lecture. Pourquoi ce rapt ? Le lecteur ne le comprendra pas tout de suite mais d’emblée, le ton est donné, celui du décalage, de la surprise et de l’humour. Prenons par exemple Lou Tausk. C’est le mari de Constance. Il a créé un tube interplanétaire interprété par Constance elle-même (entre autres) et, quand il reçoit une demande de rançon pour pouvoir récupérer son épouse, nullement affolé, il s’en va demander conseil à son demi-frère, Hubert. Au passage, il séduit sa très belle assistante, Nadine, avec qui il va couler quelques jours heureux (voir extraits ci-dessous). Personne ne s’inquiète réellement de la disparition de Constance, en fait. Et la jeune femme découvre la vie creusoise avec plaisir, finit par s’attacher à ses ravisseurs qui eux aussi, pris d’affection pour elle, vont la cacher dans un cockpit d’éolienne pour contrer les exigences de leur commanditaire.

              Sans vouloir en dire trop, je peux tout de même rajouter qu’à Constance est destinée une mission top secrète d’espionne en Corée du Nord, pays qu’on va découvrir (un peu à la manière de Guy Delisle dans Pyongyang). On s’imagine (enfin moi en tous cas) qu’Echenoz nous raconte des cracs quand il nous parle des mœurs et des dirigeants de ce pays si étrange, ben non, vérifications faites, tout est vrai et servi à volonté pour nous régaler encore et encore. Le style ? Un « on » récurrent qui permet au lecteur de prendre part à l’action, des interventions de l’auteur tout aussi plaisantes et quelques zeugmes, chers à mon cœur. Un roman d’espionnage qui n’en est pas vraiment un, du loufoque savamment dosé, des personnages pittoresques, bref : un gros bonheur de lecture que ce bouquin !!

 

L’histoire d’amour entre Nadine et Tausk  - au début : « C’est allé très vite avec elle, on ne se quitte guère, on se parle beaucoup, la plupart du temps au lit où l’on conçoit le projet classique de filer au bout du monde pour y couler, en paix des jours heureux. Où donc filer au juste, eh bien nous verrons bien. »

… et quelques chapitres plus tard : « Ces derniers jours, du côté de Lou Tausk et de Nadine Alcover, rien n’est advenu de très neuf sauf que l’idée de partir au bout du monde s’est un peu estompée. C’est qu’à la réflexion, le monde avec ses guerres actives et larvées, ses raideurs ethniques, politiques, religieuses, tribales, raciales, claniques, ses fractures nucléaires, sa mise en coupe réglée, son terrorisme et son tourisme et ses mêmes magasins partout, eh bien ce monde on en reparlerait plus tard, on est très bien ensemble et on n’est pas plus mal chez soi, et allons donc baiser. »

 

« Il s’y remettra vite à fumer ainsi que de ses désillusions »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 14/07/2016 11:46

Coup de coeur également, Echenoz, je le lis je pourrais presque dire les yeux fermés, mais bon, ce n'est pas un exercice facile

Violette 16/07/2016 17:14

:)

Philisine Cave 12/07/2016 10:47

Comment c'est possible que je n'ai pas encore mis de com chez toi sur ce livre ? Parfois je m'étonne moi-même ! Bon, quoi te dire à part que j'ai plongé à fond, que j'adore Echenoz, qu'il pourrait m'emmener où il veut, quand il veut, mon cerveau et mon imaginaire lui sont tout acquis. Envoyée spéciale est une réussite pour moi, un petit cadeau pour tous, le plus abordable de ses romans, le plus gai aussi. Cela part dans tous les sens et franchement j'adore. La pirouette finale est fantastique.

Violette 12/07/2016 14:08

j'ai aussi adoré ce roman, vraiment adoré! Il me tarde d'en découvrir plus de l'auteur !

Valérie 10/07/2016 21:58

Pas de coup de coeur pour moi mais un beau moment de lecture.

Violette 11/07/2016 17:08

à conseiller, à offrir, à prêter!

celina 09/07/2016 01:06

Un coup de cœur pour moi également ! J'ai un petit (gros) faible pour Jean Echenoz depuis "Ravel", je suis accro à son univers.

Violette 09/07/2016 10:09

je veux vraiment lire d'autres de ses romans!

Alex-Mot-à-Mots 08/07/2016 23:07

Un bonheur de lecture ? Chic, il m'attend dans ma PAL.

Violette 09/07/2016 10:09

tu devrais adorer!

Saxaoul 08/07/2016 13:50

Je suis en train de le lire en version audio. Je n'ai écouté qu'une heure alors il est encore trop tôt pour me faire un avis.

Violette 08/07/2016 15:00

je viendrai lire ton avis !

Noukette 07/07/2016 23:36

Un moment que je lui tourne autour mais là je crois qu'il me le faut !!

Violette 08/07/2016 10:58

pour l'été : parfait !

zazy 07/07/2016 22:52

Un coup de coeur pour moi, Echenoz est dans mon panthéon

Violette 08/07/2016 10:59

j'avais un a priori négatif sur l'auteur, maintenant, il me tarde de lire d'autres de ses romans!

Nadège 07/07/2016 21:59

Je viendrai lire ton billet plus tard, ce roman est dans ma pal.

Violette 08/07/2016 10:59

mets-le tout en haut, tu vas te régaler!

keisha 07/07/2016 16:57

Ahah le zeugma en effet (roman fort plaisant!)

Violette 07/07/2016 20:41

je dirais même qu'il serait bon, pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu, de l'emporter dans une valise!

L'Irrégulière 07/07/2016 16:26

Très plaisant en effet !

Violette 07/07/2016 20:41

délicieux!

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages