Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 11:44

 

 

            Beaucoup de choses ont déjà été dites sur ce livre, certains ont remarqué à quel point il était pourtant difficile d’en parler…

           Trois destins, trois familles, trois pays différents, trois cultures différentes. Chanchal est un tout jeune homme qui a fui sa patrie mutilée par des cyclones à répétition,  le Bangladesh, et qui essaye de survivre en vendant des roses à Paris. Assan a vu sa famille mourir en Somalie et a quitté son pays avec sa grande et belle fille, Iman l’excisée. Virgil est, lui, originaire de Moldavie où il  a laissé sa femme et ses trois fils. Les personnages principaux ont pour point commun d’être des réfugiés, des êtres qui ont connu les souffrances les plus grandes et tentent de reconstruire un semblant de vie en France, des exilés, des « échoués ». Nous sommes en 1992 et Assan, Virgil et Chanchal sont des pionniers. C’est parce que des immigrés de force comme eux racontent à leurs familles restées au pays que tout va bien, que des vagues entières de réfugiés vont suivre, emplis d’un espoir qui sera déçu, toujours et forcément.

            Des images très fortes parcourent ce texte puissant et inoubliable. L’excision d’Iman au milieu des prières et des cris, son « sexe transpercé de dix épines d’acacia pour maintenir l’ensemble serré ». La planque de Virgil qui s’enterre tous les soirs dans une forêt de la banlieue parisienne. Le passage à tabac de Chanchal par une bande fachos qui finissent par le jeter dans un trou et lui pissent dessus. Les caches dans les camions pour passer d’un pays à l’autre, des heures dans le noir jusqu’à mourir étouffé. Une famille française qui revêt une aura quasi magique dans le roman, parce qu’elle aide les réfugiés, les écoute, les accueille.

          C’est un livre qui réveille, qui secoue, qui déchire, qui marque. C’est un livre qui m’a suivie plus qu’aucun autre, qui m’a changée, même. Empli de pessimisme, il pointe du doigt la réalité de l’immigration, réalité ô combien tabou ! Dire qu’il nous permet de relativiser nos pauvres soucis du quotidien est maigre et dérisoire. Je souhaite que tous ceux qui braillent encore que les réfugiés nous prennent notre travail et notre argent, lisent ce livre. Pour ma part, je ressors de cette lecture avec de forts sentiments de colère et de culpabilité.

 

« ce qu’il y a de pire chez vous est encore mieux que ce qu’il y a de meilleur chez nous. » (un Moldave à un Français).

 L’espoir de vivre en France : « Iman s’inquiéta. « Et si tout le monde venait ? demanda-t-elle, tu es sûr qu’il y aurait assez pour tous nous nourrir ? »

Virgil la rassura. « Même si tous les poissons avaient soif en même temps, ça ne viderait pas l’océan ! »

 

« Depuis des mois, ces hommes n’étaient plus jamais sûrs de rien. Heure après heure, frontière après frontière, cache après cache, passeur après passeur, ils remettaient leur vie en jeu. On les trimballait comme de la viande morte ; ils n’étaient plus rien ni personne. »

 

Les clandestins, quand ils ont l’immense privilège, travaillent au noir pour trois fois rien. La police ferme les yeux s’il n’y a pas de bazar « excepté les fois où le commissariat avait besoin d’un coup de peinture ».

 

Comment savoir quels sont vraiment les pays les plus pauvres : « C’est simple, répondit Assan, ils observent ceux qui prennent le risque de mourir pour venir travailler chez eux comme des esclaves ! »

 

 

« C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches », Victor Hugo, L’homme qui rit.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joelle 22/04/2016 14:41

un livre inoubliable, un de mes coups de cœur 2015.

Violette 24/04/2016 09:56

c'est difficile de parler de "coup de coeur" par rapport au thème mais un des livres les plus percutants, les plus marquants, les plus réussis, oui, oui, oui !!

Emma 21/04/2016 10:21

Je le lirai très certainement un jour, par contre j'ai intérêt de bien choisir mon moment.

Violette 21/04/2016 13:30

il ne vaut mieux pas être déprimé à ce moment-là, tu l'as compris!

Jerome 18/04/2016 12:54

Un premier roman magistral, oui. Et inoubliable. Ravi que tu l'aies lu toi aussi et que tu en sois ressortie aussi bousculée.

Violette 18/04/2016 20:44

et c'est une lecture à laquelle je pense et repense souvent.

Mo 18/04/2016 05:30

Il faut que je lise ce titre. Tout le monde en dit grand bien.

Violette 18/04/2016 09:25

il est frappant, marquant, inoubliable... mais le sujet est difficile!

Alex-Mot-à-Mots 17/04/2016 19:00

Une légère déception, je lui ai trouvé un petit côté "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil".

Violette 18/04/2016 09:26

tu trouves? A part la famille française, je n'ai pas trouvé beaucoup de monde "gentil". Mais je sais que tu es passée à côté.

eimelle 17/04/2016 15:35

un livre important, et marquant!

Violette 17/04/2016 18:13

oh que oui !

Delphine-Olympe 16/04/2016 13:50

Percutant, noir, mais splendide et plein d'humanité. Et un peu de lueur, tout de même, heureusement.

Delphine-Olympe 18/04/2016 19:25

C'est vrai, mais cette famille qui accueille le héros et le séjour au bord de la mer sont des moments qui redonnent un peu d'espoir.

Violette 16/04/2016 15:41

elle est vraiment ténue, la lumière! :-/

Sandrine 16/04/2016 07:30

Pas eu envie de lire ce livre. J'ai l'impression d'un catalogue des problèmes rencontrés par les migrants, ça me semble un peu forcé...

Violette 16/04/2016 12:13

oh non, c'est un roman beau et exigeant, sensible et juste.

Yv 15/04/2016 16:42

je n'aurai qu'un seul mot : excellent !

Violette 16/04/2016 12:05

tu as parfaitement résumé!

Edyta 15/04/2016 12:52

Tu as raison, un de ses livres qui secouent et qui rendent nos petits tracas du quotidien dérisoires.

Violette 16/04/2016 12:14

oh oui!

Margotte 15/04/2016 10:53

J'ai frémi en lisant les quelques lignes sur l'excision... Un livre qui semble vraiment fort en effet, et qui me fait penser à des paroles entendues hier soir sur Calais (je ne sais plus si c'était France Inter ou France Culture)...
Le genre d'ouvrage qui doit bien "secouer"...

Violette 15/04/2016 10:58

et qui est nécessaire, me semble-t-il. On n'en sait jamais assez sur ce sujet.

Aifelle 15/04/2016 07:21

J'ai l'intention de le lire ; Victor avait déjà tout dit de cette réalité. Elle prend une autre forme cela les époques, mais c'est toujours le riche qui exploite le pauvre.

Violette 15/04/2016 10:31

tu as raison, les choses évoluent si peu finalement...

A_girl_from_earth 15/04/2016 00:42

Un récit qui ne peut laisser indifférent, qui bouscule, et en même temps, il y a de belles émotions. J'aime bien les extraits que tu as choisis.

Violette 15/04/2016 10:31

j'ai été happée par ce récit bouleversant.

Noukette 14/04/2016 22:45

Il est magistral ce roman... Difficile d'en ressortir indemne...!

Violette 15/04/2016 10:32

une des lectures les plus marquantes pour moi...

luocine 14/04/2016 11:59

On en parle beaucoup mais je n'ai toujours pas trouvé le courage de le lire. Je le ferai mais je ne sais pas quand, mais à chaque fois que je lis un avis je retrouve cette peur de me confronter à cette horrible réalité.

Violette 15/04/2016 10:32

il est éprouvant à lire mais également fascinant, essaye, tu ne le regretteras pas!

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages