Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 15:35

 

 

 

              Très médiatisé, ce roman a obtenu le prix du roman Fnac en septembre 2015 et le prix Interallié en novembre 2015.

               Roland Barthes sort d’un déjeuner avec François Mitterrand, nous sommes le 25 février 1980, à Paris, à quelques semaines des élections présidentielles où Giscard d’Estaing est donné favori. Roland Barthes se fait écraser par une camionnette, il se retrouve à l’hôpital, terrifié ; il semblerait qu’on lui aurait volé quelque chose. La piste de l’assassinat est ainsi privilégiée et c’est le commissaire Bayard qui est chargé de l’enquête. Oui mais Roland Barthes est un sémiologue et le flic ne comprend à peu près rien à cette science obscure. Il a donc besoin d’un assistant, d’un traducteur qu’il trouve en la personne de Simon Herzog, sémiologue lui aussi.

             Rapidement, les enquêteurs vont se rendre compte que le secret d’une septième fonction du langage de Jakobson existe bel et bien, traîne dans la nature et que les assassins de Barthes tentent de mettre la main dessus à n’importe quel prix. Pourquoi ? Parce que cette septième fonction détiendrait tous les pouvoirs, celui de convaincre n’importe quel auditoire, celui de se mettre le monde entier dans sa poche ! Alors que Barthes meurt brutalement et mystérieusement un mois après son accident, le lecteur croise les plus grands linguistes et sémiologues des années 80 et chacun en prend pour son grade : Foucault se fait sucer dans un sauna gay, Umberto Eco se fait pisser dessus, Philippe Sollers se fait purement et simplement couper les couilles ! Les politiciens ne sont pas en reste, les deux ennemis, Giscard « ce gros bourgeois fasciste », et Mitterrand se retrouvent face à face lors du célèbre débat télévisé de mai 1981.

           Laurent Binet propose une version bien personnelle de l’Histoire. Irrévérencieux, il fait la satire d’un milieu d’intellectuels aux prises avec leurs travers, leurs mesquineries, leurs défauts. C’est souvent délicieux. J’ai beaucoup apprécié les joutes verbales du Logos Club, les mises en abyme sont tout aussi délectables, j’ai souvent souri et même ri, j’ai trouvé le binôme Bayard/Herzog très réussi, j’ai adoré me plonger au début des années 80, on ne peut qu’admirer l’érudition et le travail de recherche de l’auteur mais je l’ai trouvé un peu pédant parfois, cet auteur, en pleine démonstration de toutes ses compétences intellectuelles (car des longueurs, il y en a !) et quand j’entends, deci delà que tout le monde peut lire ce livre, je me marre doucement…

 

« Tout laisse supposer, en effet, que la sémiologie est en réalité l’une des inventions capitales de l’histoire de l’humanité et l’un des plus puissants outils jamais forgés par l’homme, mais c’est comme le feu ou l’atome : au début, on ne sait pas toujours à quoi ça ser, ni comment s’en servir. »

« la langue ne dit pas  tout. Le corps parle, les objets parlent, l’Histoire parle, les destins individuels ou  collectifs parlent, la vie et la mort nous parlent sans arrêt de mille façons diffé-  rentes. L’homme est une machine à interpréter et, pour peu qu’il ait un peu d’ima-  gination, il voit des signes partout : dans la couleur du manteau de sa femme, dans  la rayure sur la portière de sa voiture, dans les habitudes alimentaires de ses voi-  sins de palier, dans les chiffres mensuels du chômage en France, dans le goût de banane du beaujolais nouveau (c’est toujours soit banane, soit, plus rarement,  framboise. Pourquoi ? Personne ne le sait mais il y a forcément une explication et  elle est sémiologique), dans la démarche fière et cambrée de la femme noire qui arpente les couloirs du métro devant lui, dans l’habitude qu’a son collègue de bureau de ne pas boutonner les deux derniers boutons de sa chemise, dans le rituel  de ce footballeur pour célébrer un but, dans la façon de crier de sa partenaire pour  signaler un orgasme, dans le design de ces meubles scandinaves, dans le logo du  sponsor principal de ce tournoi de tennis, dans la musique du générique de ce  film, dans l’architecture, dans la peinture, dans la cuisine, dans la mode, dans la  pub, dans la décoration d’intérieur, dans la représentation occidentale de la femme  et de l’homme, de l’amour et de la mort, du ciel et de la terre, etc. Avec Barthes, les  signes n’ont plus besoin d’être des signaux : ils sont devenus des indices. Mutation décisive. Ils sont partout. Désormais, la sémiologie est prête à conquérir le  vaste monde. »

« la vérité, Kristeva la connaît, c’est que Sollers a peur de ne pas finir ans la Pléiade. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Athalie 19/10/2016 13:27

Bon, maintenant, tu peux me le dire : c'est qui qui a tué Roland Barthes ? Et oui, finalement, le plus drôle c'est d'entendre dire que tout le monde peut le lire .... Ben tiens, Foucault et Ecco, tout le monde connait ... Que c'est pédant effectivement ! même si ta dernière citation me fait rire, finalement ...

Anis 23/02/2016 10:55

Oui, ça ne doit pas être à la portée de tout le monde, mais pour les autres, ça doit être assez jouissif parce que tous les noms que tu cites sont des grands intellectuels malgré leurs travers.

Violette 23/02/2016 11:03

tout à fait, on se marre bien par endroits (ou on s'offusque, à voir!) ;)

Valérie 22/02/2016 21:10

Je ne l'ai pas lu mais je l'offre bientôt. J'espère qu'il plaira car je sais qu'il est attendu.

Violette 23/02/2016 10:27

on ne peut pas détester, je ne crois pas, chacun peut y trouver son compte soit au niveau de l'enquête, soit au niveau de la sémiologie, soit au niveau du voyage dans les années 80.

Lili 21/02/2016 12:10

Donc, le roman se présente vraiment sous les atours du polar ! J'en doutais un peu malgré ce que j'avais pu entendre à son propos. Cela me paraissait tellement périlleux de faire de la sémiologie un polar, et pourtant, Laurent Binet semble y être parvenu ! J'avoue que je reste dubitative à la lecture de ton billet : du coup, le lire ou pas ? J'hésite et, comme souvent, ce sera probablement le hasard qui tranchera pour moi !

Violette 21/02/2016 19:13

ah oui, mêler le polar et la sémiologie, quelle réussite! Si tu n'as jamais entendu parler de sémiologie, tu ne peux pas tout comprendre, c'est mon avis. Je pense que l'insolence envers certains grands noms peut être savoureux aussi...

maggie 20/02/2016 22:43

J'avais bien envie de découvrir cet auteur surtout que j'ai acheté HHH depuis un moment. Cependant les critiques étaient plutôt mauvaises... Paradoxe, il a beaucoup été primé je vois ! Lorsqu'il sortira en poche, je verrai bien.

Violette 21/02/2016 19:14

Les critiques étaient mauvaises pour lequel? Je n'ai pas eu cette impression!

PHILIPPE D 20/02/2016 21:50

Très médiatisé? Je ne connais pas...

Violette 21/02/2016 19:14

il a eu des prix, il était chez Ruquier...

Aemilia 19/02/2016 18:20

Ce livre m'attire depuis sa sortie, mais j'ai peur de ne pas tout comprendre, par manque de connaissance de l'époque évoquée, par manque de connaissance de l'oeuvre de Roland Barthes. Crois-tu que je puisse profiter de la lecture quand même ? Cela dit, ce serait un bon prétexte pour enfin lire "Le degré zéro de l'écriture" ou "l'empire des signes"...

Violette 19/02/2016 18:41

Je n'ai jamais lu un seul livre de Barthes en entier (des extraits, oh oui!), certains passages sont ardus, oui, mais tu peux les zapper sans manquer l'essentiel. On apprend beaucoup, c'est souvent drôle!

Alex-Mot-à-Mots 19/02/2016 18:06

Ah bon, tu ne le conseillerais pas à tout le monde ?

Violette 19/02/2016 18:40

je ne crois vraiment pas que ce soit un livre "tout public", certains passages sont compliqués et pourtant, j'ai fait de la sémiologie (sans être une spécialiste!)

Ana 19/02/2016 17:24

Je choisis des lectures plus légères en ce moment, mais j'ai bien aimé ta chronique, très agréable à lire. :)

Violette 19/02/2016 17:29

merci, tu es adorable ! Ce n'est pas très léger comme lecture, tu as raison!

Jerome 19/02/2016 13:17

Franchement, ça ne m'attire pas une seconde.

Violette 19/02/2016 14:49

c'est vrai? C'est tout de même drôle, instructif, original...

Céline 19/02/2016 11:02

Pourquoi pas, j'avoue que je ne comprenais rien aux cours de sémiologie... Mais j'ai entendu beaucoup de bien de ce livre !

Violette 19/02/2016 14:50

Les fonctions du langage sont bien expliquées... moi j'aimais bien :)

krol 18/02/2016 16:48

J'ai hésité à l'acheter. Est-ce un livre qui me conviendrait ? Je sais pas trop. Peur de pas tout comprendre...

Violette 19/02/2016 14:50

je l'ai emprunté et je t'avoue que j'aurais regretté de l'avoir acheté. Je crois que tu peux zapper les passages plus ardus, l'enquête est bien fichue, les personnages hauts en couleur.

Kathel 18/02/2016 11:08

Je l'avais noté, même si ce n'est pas a priori une lecture pour moi, sur la foi de billets enthousiastes. Que tu le sois un peu moins me convient parfaitement ! ;-)

Violette 18/02/2016 13:00

Tout ne m'a pas plus mais il faut reconnaître qu'il possède de très nombreuses qualités ! Je ne t'aide pas là :)

L'Irrégulière 18/02/2016 10:45

Un de mes préférés de la rentrée de septembre !

Violette 18/02/2016 12:58

Je n'irais pas jusque là mais j'ai compris tout l'engouement que le bouquin a pu susciter.

A_girl_from_earth 18/02/2016 00:29

J'avais été très tentée au départ, avec tout le monde qui en parlait, et puis PAL et LAL ont pris le dessus et c'est devenu moins urgent, mais la curiosité est toujours là !

Violette 18/02/2016 12:59

Qu'il est difficile de faire des choix de lectures parfois!

Sandrine 17/02/2016 21:27

Oui, il y a des longueurs, mais je n'ai pas trouvé le propos pédant.

Violette 18/02/2016 10:08

Il nous étale toute sa culture de manière, parfois, injustifiée ...

keisha 17/02/2016 18:07

Je ne suis beaucoup beaucoup amusée, j'ai appris des choses (que je me suis empressée d'oublier) Original.
OK, pas de billet, mais pure paresse.

Violette 18/02/2016 10:09

Moi aussi j'ai appris et réappris plein de choses :) Si en plus tu ne chroniques pas toutes tes lectures, tu lis vraiment à la vitesse de l'éclair !!!

luocine 17/02/2016 17:06

Comme toi j'ai vu ce livre un peu partout, je sais que je le lirai un jour .

Violette 18/02/2016 10:10

Je ne regrette pas du tout, ce livre est brillant et original malgré les bémols que j'ai pu émettre !

Philisine Cave 17/02/2016 16:55

J'ai beaucoup aimé ce roman que je n'ai pas chroniqué: je suis totalement incapable de regarder Kristeva sans pesner à son personnage de fiction. Bises

Violette 18/02/2016 10:11

Mais qu'est-ce que vous avez tous à lire sans chroniquer ? :) bisous

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages