Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 09:21

 

 

           Trois lycéens doivent réaliser un exposé sur les camps de concentration. Emballés ni par le travail ni par le thème, ils décident d’aller voir l’arrière-grand-père de l’un d’entre eux qui aurait vécu la Seconde Guerre mondiale. Arrivés chez ce vieillard rustre et antipathique, ils écoutent son histoire…

           Andreas Müller est, en 1932, un homme heureux : il vit à Berlin, il réalise avec succès des affiches pour la campagne du prometteur Hitler, il vit avec sa mère, il retrouve régulièrement sa bande de copains homosexuels avec qui il fait la fête. Oui mais les Nazis renforcent leur politique de lutte contre l’homosexualité qui est considéré comme « un délit » selon le paragraphe 175 du Code pénal allemand (de 1871 à 1994 !). Certains de ses amis disparaissent. Dénoncé par sa concierge, Andreas se montre ostensiblement avec une fille pour éviter l’arrestation mais les Nazis ont des photos, ils emprisonnent Andreas avec deux brutes avec de le déporter dans un camp de concentration où on leur assène qu’ils sont « anormaux, nuisibles et superflus ». En 1945, Andreas est libre mais la traque des homosexuels continue et Andreas s’enfuit en France avec son ancienne fausse compagne.

         Commençons par le côté négatif, le récit-cadre avec ces adolescents vulgaires et ignares m’a profondément déplu. Je suis sceptique aussi face au choix de faire, de la personne d’Andreas vieux, un être méchant et obtus. Le récit central, celui d’Andreas avant et pendant la Seconde guerre mondiale, emmène le lecteur dans ce crescendo infernal passant d’une vie normale à une déchéance totale. C’est horrifiée et émue que j’ai fermé cette BD. Une histoire à lire et à faire lire pour ne pas oublier…

 

« 16/20 »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

commentaires

Louise 28/12/2015 16:04

Je ne me souviens pas d'avoir trouver ce texte vulgaire. Je pense que c'est une BD qui devrait trouver sa place dans tous les CDI. C'est une BD aussi dure, aussi choquante à lire que Mauss de Art Spiegelman. La réussite est totale, aussi bien pour le graphisme que pour le scénario.

Violette 30/12/2015 15:15

attention, c'est l'ouverture de la BD qui ne m'a pas plu, ce groupe de jeunes qui permet d'introduire le récit. Sinon, je suis d'accord avec toi, totalement!

Laure 22/12/2015 19:46

Je crains un peu la vulgarité, j'ai un seuil de tolérance très limitée, mais cette BD semble superbe !

Violette 23/12/2015 13:11

il faut passer outre le début et la fin, les 3/4 sont excellents sur un sujet inévitable.

Noukette 22/12/2015 01:07

Je me souviens être ressortie groggy de cette lecture...

Violette 22/12/2015 11:44

tout à fait, avec un mauvais goût dans la bouche...

keisha 21/12/2015 14:29

Hum, je tenterais bien quand même. Tu as lu la BD italienne sur un sujet similaire?

Violette 21/12/2015 18:20

non, je ne crois pas. Attention, le ressenti final est positif.

Sandrine 20/12/2015 14:13

J'ai bien aimé cette BD et je trouve que ce qui t'a déplu fait que cette BD est originale, qu'elle n'est pas lisse avec des personnages convenus... mais je comprends qu'ils agacent.

Violette 20/12/2015 17:23

surtout les jeunes...peut-être est-ce parce que j'en croise pas mal dans ce genre?

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages