Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 19:36

 

 

            Gabrielle est une Parisienne d’une quarantaine d’années. Très active, elle travaille dans l’événementiel et adore sa ville, la ville en général. Mariée à un chirurgien plastique et mère d’un grand ado, elle est un peu agacée par un héritage qu’elle vient d’acquérir : une maison délabrée dans un coin de campagne perdu à des centaines de kilomètres de Paris. C’est donc bon gré mal gré qu’elle s’y rend. C’est le point de départ d’une nouvelle vie. Première surprise : sa mère décédée depuis peu avait une sœur, et c’est cette tante qui lui lègue maison et terrain. Cette vieille bonne femme a l’air étrange mais cependant bienveillant.

              Deuxième surprise : le terrain acquis ne compte pas une maison mais deux. Alors que, pour la première fois de sa vie, Gabrielle semble jouir de la nature en se baignant dans la rivière, en écoutant les oiseaux, en respirant le parfum des fleurs, elle ressent un bien-être jamais éprouvé auparavant. Pourtant, en approchant la seconde masure, c’est le contraire : froid, courants d’air inexpliqués, malaise, … C’est en arrivant sur les lieux d’un grave accident de la route que Gabrielle va découvrir son « don » : elle se met à rassurer les agonisants, à les conduire sereinement vers la mort, à guérir les blessés. Gabrielle rejette ce qu’elle a vécu mais sa tante puis d’autres personnages bénéficiant des mêmes dons, vont l’entourer et l’accompagner.

              L’auteur nous apporte (courageusement je dirais !) une longue réflexion sur la mort, sur l’ « après-vie », sur la communication entre les vivants et ceux qui viennent de mourir. Son style est tel qu’on se prend très vite au jeu, on plonge dans cet univers mystérieux à la fois enchanteur et inquiétant.

              J’ai adoré la première moitié du roman, quand s’opère un glissement (assez rapide) entre la vie matérialiste, cartésienne et hyperactive de Gabrielle à une existence plus ésotérique, plus spirituelle, plus posée. L’héritage est décrit comme un lieu enchanteur qui m’a à la fois rappelé des souvenirs d’enfance à la campagne et des souvenirs de lectures (Robert Sabatier ou encore Le Grand Meaulnes). Pour moi qui ne crois (plus) en grand-chose, l’auteur est allée un peu trop loin et parfois, le roman a frôlé le style de certains livres fantastiques pour la jeunesse. Les passages philosophico-mystiques sauvent cependant le roman et l’empêchent de couler malgré son happy end un peu trop mièvre à mon goût. Le bilan est cependant très positif, c’est un livre qui ouvre l’esprit (c’est le cas de le dire !), qui fait réfléchir, qui bouscule et rassure tout à la fois. Coïncidence ? ma première lecture de cet auteur (La Vie d’une autre) avait été maculée par l’annonce de la mort d’une amie très chère. Et mes premières réactions avaient été l’étonnement de ne pas avoir de « signe » venant de sa part… Cette deuxième découverte de Deghelt constituerait-elle une réponse ?

 

           Les sages paroles de la tante :« Par une sorte de prétention dont l'origine est impossible à retrouver, nous sommes partis sur une route où ce qui n'est pas explicable est indigne d'être cru. Nous avons lié comprendre et croire, savoir et choisir, expliquer et agir. Ce n'était pas nécessaire. Vois-tu, je suis ce que je sens, même si je ne peux pas l'expliquer. Je choisis la voie qui donne de la cohérence à mon existence, même si je ne sais pas tout, j'admets sans comprendre et, si je me suis trompée, je ne le saurai jamais. Mais si j’ai raison, parce que ma flamme intérieure brûle d’un feu immense que je relie à ce mystère, alors, je serai comblée.  A tout prendre, je préfère penser que tout a un sens, une direction, que la mort est une voie d'accès, la souffrance, une étape, et l'incompréhension un plan qui m'échappe. »

« Le corps est en quelque sorte le prédateur de l'âme. Comme la plante à laquelle s'accroche le visiteur parasite, il ne peut vivre qu'en sa compagnie. Une fois accroché à elle, il lui ôte toute liberté de penser que, sans lui, elle vivrait. C'est sa plus grande prédation : tuer en nous l'idée de l'immortalité. Il est important de clarifier ces priorités. Il n'y a que l'amour qui compte. Il y a bien longtemps que la peur qui te cloue au sol m'a quittée. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Z
Je n'ai pas adhéré autant que toi. J'y ai trouvé beaucoup de longueurs
Répondre
S
Je me suis laissée emporter par ce roman et, contre toute attente, le glissement vers le fantastique ne m'a pas dérangée du tout.
Répondre
V
au début il ne m'a dérangée, au bout d'un moment je me suis quand même dit "trop, c'est trop"...
S
Je le lirai si je tombe dessus à la bibliothèque.
Répondre
V
je l'avais emprunté aussi.
F
Je pense qu'il faut un peu se laisser aller pour apprécier ce roman, accepter de se laisser déstabiliser. J'ai trouvé qu'il y avait des passages un peu lourds, où l'auteure est trop dans la démonstration, alors qu'elle aurait dû suggérer davantage. Mais dans l'ensemble, je suis d'accord avec toi, cela reste positif et c'est un bon souvenir de lecture pour moi !
Répondre
V
je suis d'accord avec toi, je n'ai pas tout aimé mais je me suis rapidement laissée emporter par l'histoire, originale, il faut l'admettre.
E
j'avais bien aimé "La vie d'une autre", je lirais peut-être celui-là à l'occasion!
Répondre
V
ça n'a rien à voir je trouve mais je l'ai trouvé passionnant à lire!
G
un roman que j'ai beaucoup aimé, et qui m'a réconciliée avec la plume de l'auteure.
Répondre
V
tu as eu de mauvaises expériences avec sa plume?
C
Ton analyse rejoint la mienne, j'avais aimé les réflexions suscités par ce roman, même si parfois j'ai trouvé les passages surréalistes un peu trop poussés et explicites.
Répondre
V
oui, ça va un peu trop loin mais au final : un bon souvenir de lecture!
S
Ce roman m'attend sur ma PAL.
J'ai lu "la grand-mère de Jade" de cet auteur et j'ai beaucoup aimé.
Répondre
V
il est spécial, je me suis même dit que certains lecteurs avaient dû l'abandonner en cours de route... trop déboussolés peut-être?!
M
Il vient de sortir ce livre ? Je suis très tentée par ton billet...
Répondre
V
il date de mars 2014, tu sais, il me fait parfois du temps pour lire les "nouveautés" ! :)
L
J'avais adoré ce roman !
Répondre
V
tiens, ça ne m'étonne pas!
A
J'aimerais bien découvrir ce livre.
Répondre
V
il est surprenant!
A
De très belles citations.
Répondre
V
et on y adhère vite au cours du roman.
E
Peut-être un jour mais pas certaine, pourtant j'aime beaucoup ses livres.
Répondre
V
c'est très particulier et la dimension onirique et mystique peut dérouter.
K
Hum, je sens que je resterais au dehors du roman...
Répondre
V
pour ma part, j''ai été surprise d'adhérer si facilement... (sauf pour la fin)
L
Je n'ai pas accroché avec La vie d'une autre alors je mets un peu cet auteur de coté.
Répondre
V
même si le style est totalement différent?