Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 19:22

 

          Après le choc de Sukkwan Island, je m’étais sérieusement interrogée sur mon avenir avec ce David Vann qui sait faire parler de lui. Ma décision est prise : je vais continuer à le lire !

           En Alaska, Irene et Gary sont un couple vieillissant dans tous les sens du terme. Ils se disputent, ils ont du mal à se supporter et pourtant, en bonne épouse, Irène va suivre son mari dans son nouveau projet : construire une petite cabane sur un îlot isolé et privé de vie humaine (avec un nom qui se suffit à lui-même : « Caribou Island »). Gary est maladroit, incompétent, râleur et têtu, Irene le lui reproche assez mais des maux de tête insupportables créent une tension encore plus forte dans le couple. D’autant plus qu’aucun médecin ne trouve ni cause ni explication aux douleurs lancinantes et perpétuelles d’Irene. Rajoutez à cela des conditions climatiques désastreuses, c’est la fin de l’hiver et ses impressionnantes tempêtes et vous obtenez deux êtres qui ne se supportent plus.

          Du côté de leur fille Rhoda, ça ne va guère mieux. Elle attend patiemment que son dentiste de compagnon la demande en mariage mais sent bien qu’elle devrait plutôt le quitter. Si elle allait jusqu’au bout de son intuition, elle se rendrait compte qu’elle a raison, Rhoda, car Jim la trompe effrontément avec la première jeunette qui passe.

           L’atmosphère lourde et tragique est à l’image de l’environnement hostile, froid et austère. Vann adore isoler ses personnages, les confronter à une solitude physique qui permet de mettre en lumière leur solitude mentale. Comme si on en avait encore besoin, il nous prouve que la nature ne nous est d’aucun réconfort, pire, qu’aucun être humain ne nous comprendra jamais. J’ai adoré. J’aime quand on est à trois mille lieues des bons sentiments, quand ça racle, ça vente, ça bouscule, ça met en éveil, ça glace. Plus subtil que Sukkwan Island et bien meilleur d’après moi…

 

« Le mariage n’était qu’une autre forme de solitude. » 

« L’eau bien plus qu’un simple moyen d’expression, bien plus qu’une vague temporaire. Elle semblait abrasive contre sa peau. Elle prenait corps, elle avait un impact. C’était douloureux de rester ainsi malgré l’engourdissement. C’est ce qui le poussa à ramper jusqu’à la rive, enfin. Il ne tenait plus sur ses jambes. Les rochers lui blessaient les genoux, même à travers le jean. Il rampa hors des vagues, sur la plage, à travers les touffes d’herbe pointue et rugueuse, et à tâtons retrouva sa chemise, son pull et son ciré. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Impasse des Pas Perdus 15/12/2015 20:28

Si tu as aimé cet auteur, je te propose de découvrir Gérard Donovan dans "Julius Winsome". Je note "Désolations" et j'ai apprécié son précédent.

Violette 16/12/2015 10:39

merci pour ton conseil :)

Val 16/02/2015 11:47

Le titre, la photo, la couverture sont attirants !! En lisant ton billet je le suis plus encore ! A ajouter à ma (longue) liste...

Violette 17/02/2015 11:55

de longues listes et pas assez de temps, n'est-ce pas? pffff...

jerome 05/02/2015 12:53

Bien meilleur que Sukkwan Island tu dis ? Je n'ai pas encore lu cet auteur mais je sais avec quel roman je commencerai ;)

Violette 06/02/2015 20:22

Dans Sukkwan Island, tu as tout ce qu'on fait de plus terrifiant, de plus cruel... celui-ci est moins violent.

Noukette 04/02/2015 22:44

J'ai quant à moi largement préféré Sukkwan Island... Celui ci m'a souvent agacée je dois dire...

Violette 06/02/2015 20:21

ah bon, pourquoi?

Philisine Cave 04/02/2015 17:33

ah, ah là tu m'intéresse si tu le trouves meilleur que Sukkwan Island.

Violette 04/02/2015 17:57

moins cruel et moins violent, ça c'est sûr. Plus subtil aussi.

Hélène 04/02/2015 08:32

J'ai été traumatisée par "sukkwann", pas sûre d'avoir envie de replonger ;)

Hélène 04/02/2015 08:32

J'ai été traumatisée par "sukkwann", pas sûre d'avoir envie de replonger ;)

Violette 04/02/2015 17:56

encore une traumatisée :-) C'était mon cas mais ce roman nous ménage beaucoup plus. Heureusement!

She reads a book 03/02/2015 21:08

Je l'avais lu, c'est un roman assez marquant. On s'en souvient longtemps.

Violette 04/02/2015 17:55

j'ai la même impression.

dasola 03/02/2015 18:27

Bonsoir Violette, meilleur de Sukkwan Island, ce n'est pas dur. J'avais détesté ce roman. Je suis vaccinée contre David Vann pendant un moment. Bonne soirée.

Violette 03/02/2015 20:09

L'auteur a un vécu qui explique le contenu de ses romans mais je suis d'accord avec toi, Sukkwan Island est traumatisant! Bonne soirée :-)

Alex-Mot-à-Mots 03/02/2015 18:07

Bien meilleur, tu dis. Dans ce cas, je note, car Sukkwan Island ne m'avait pas plu outre mesure.

Violette 03/02/2015 20:08

la dimension psychologique est plus importante et le gore moins présent...

Kathel 03/02/2015 08:48

Après Sukkwan Island, j'ai décidé de ne plus le lire, tu pourrais (presque) me faire changer d'avis !

Violette 03/02/2015 12:16

j'avais pris la même décision mais j'ai quand même aimé le style de l'auteur, tout ce qui n'avait pas trait à l'horreur décrite dans Sukkwan Island.

Emma 03/02/2015 07:31

Super, je crois l'avoir dans ma PAL, ton avis me donne envie de l'en sortir :-)

Violette 03/02/2015 12:12

j'aime bien lire des romans où il fait très froid :-)

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages